Superfinale de la Coupe du Monde de parapente en Colombie 2017-2018 - Suivez l'équipe de France


Tous les résultats sont ici

La page FB de l'équipe de France
Le site web de l'organisation colombienne.
Les vidéos : Entrainement  - Task 1 - Task 2 - Task 2 - Téo Bouvard - Task 3 - Task 3 - Téo BouvardTask 4 cancelled - Task 5 - Task 6 - Task 7 - Task 8 - Task 9

Les photos sont en pièces jointes ou sur le site de la PWCA, rubrique Média.
 
L'équipe, accompagnée de son entraineur, Didier Mathurin, est composée de :

- Armant Luc - Benoit Stéphane - Caron Jean-Marc - Cazaux Charles - Chouraqui Denis - Delferriere Meryl - Drouin Stéphane - Fournier Jacques - Fukuoka Seiko - Genovese Laurie - Hamard Honorin - Jofresa Alexandre - Latour Clément - Marin Jonathan - Pinot Maxime - Remy Pierre - Saury-Jourdain Bénédicte - Wirtz Julien - Bourdelle Rémi - Bouvard Téo - Brechignac Manuel - De Luca Bastien - Gerin-Jean Antoine - Laronze Hugo - Pellissier Simon - Rebord Martin - Rochas Tim.

10ème journée - 20 janvier :

Une news un peu en retard, repas, remise des prix et début du retour à la maison.
Pour cette dernière manche, le comité de pilote nous propose une manche en zig zag entre la montagne et la plaine de 104 kilomètres. Après un petit moment de réflexion, ils décident d'agrandir un rayon au Sud pour diminuer la taille de la manche à 94 kilomètres.
À l'heure du start, le soleil est bien présent et les conditions semblent généreuses, nous partons à un régime élevé en direction du Nord jusqu'à B1.
Une fois à B1, au-dessus de San Pedro, nous avons un peu de mal à trouver une bonne Vz, le groupe navigue d'un côté à l'autre du relief pour trouver le noyau qui nous montera rapidement au plaf. Une fois au plaf, nous retraversons la vallée de La Union pour reprendre le relief qui mène à Rolda. À cette heure, si le soleil est déjà bien moins présent, des nuages d'altitude sont apparus au-dessus de nos têtes et les bonnes vz de ce début de journée se sont échappés avec le soleil.
La branche entre B1 et B2 semble nous montrer à quelle sauce nous allons être mangés, les vz supérieures à +1 deviennent rares, les attaquants et le groupe calment le jeu.
Jusqu'à B2, tout le monde reste à la montagne et essaye de rester haut. Sur le retour de B2, un gros groupe se reforme au-dessus de Rolda, avant de partir par la plaine vers la B3.
Juste avant la B3, 3 pilotes tentent une échappée, ils seront rejoints en peu de temps par un 4ème et le gros de la meute est à leur poursuite. Après la B3, retour à l'Est de Rolda, les 4 pilotes coupent la plaine en diagonale en direction du point optimisé du rayon de la B4 et le groupe préfère rester en bordure du relief.
Tout le monde se retrouve en survie au bord du rayon, il reste environ 12 kilomètres pour rentrer au goal, le gros du groupe ne retrouvera rien en chemin et seuls 3 survivants s'en sortent. Dans le petit groupe plus à l'Est, ce n'est pas plus facile. Les conditions nous permettent d'arriver difficilement et bas jusqu'à Zarzal où un dernier petit thermique nous permettra de rejoindre la goal, mais nous ne serons plus que 3...
Seuls 6 pilotes rentrent au goal, une dernière manche bien difficile pour conclure cette finale - Pierre Rémy.

9ème journée - 19 janvier :
Salut à tous ! 8ème manche de plus de 80km aujourd'hui. Une première pour pas mal d'entre nous avec une distance libre vers le Sud. Bien sympa.
On a encore joué entre les cunimbs et rideaux de pluie, mais on a réussi à boucler. J'ai été vraiment bien placé en contrôle les 3/4 de la manche, puis sur les 10 derniers km ça c'est accéléré. J'étais dans le groupe de tête, avec Donini qui trouve 2 ou 3 bons cycles et nous arrivons juste derrière hors cycle. C'est le seul à s'en sortir.
Ensuite les groupes derrière trouvent un thermique de l'espace à 5m/s et on a plus qu'à pleurer en les regardant passer sattelisés !
Bon au général, je descends 3ème avec cette 27ème place aujourd'hui. Plus qu'à croiser les doigts pour la manche de demain en espérant conserver cette 3ème place au moins. Sachant qu'au mieux je peux remonter 2ème et au pire descendre 9ème. Ça reste déjà une très bonne compet et commence bien l'année !
A demain soir pour les résultats définitifs. Il fallait un peu de chance mais pas pour moi cette fois - Honorin Hamard.

8ème journée - 18 janvier :
Manche 8 de 62 km ! Très court pour moi puisque j'ai posé au km 34. J'ai attaqué au mauvais moment, je pensais me refaire sous le cumulus en face mais hors cycle. Après j'ai couru sur 5 ou 6 km après un thermique, des bips partout mais rien de bien à enrouler, c'était bizarrement calme... Comme quoi au relief, on peut quand même faire un gros tas.
Bravo à Mickaël qui gagne cette manche et devrait logiquement me passer devant au général.  Il reste deux manches et aujourd'hui, je récupère une manche des jours précédents avec pas mal de points. J'étais le seul à ne pas encore avoir posé. Je devrais être 2ème au général et il va falloir voler fort demain et après-demain pour tenter de gagner. Fort mais juste...
En photo, des gamins super sympas à l'attero qui m'ont aidé à marcher et ils ont une façon bien à eux de porter les chiens - Honorin Hamard.

7ème journée - 17 janvier :
7ème jour de compétition et 6ème manche de courue !
Toujours des conditions marginales... Après avoir décalé plusieurs fois la montée au déco à cause de la pluie, nous avons pu courir 70km dans ce pays magique ou l'eau remonte aussi vite dans le ciel qu'elle est tombée !
Les conditions au start ne sont pas pires, mais le moment "survie" de la partie fait son apparition assez rapidement. Une attaque mal placée me fait vite tirer le frein à main pour me repositionner, une belle attente suivi d'une bonne ligne me projette en avant et perchée au dessus du gros groupe au moment où nous devons partir en plaine. A ce stade de la compétition, difficile de ne suivre que mon instinct. J'opte pour une option plus au relief où Felixin Rodriguez est déjà engagé, après une belle amorce de fermeture, une session speed-riding au dessus de la jungle, je ressors un bon thermique avant que le groupe fonde sous mes pieds, je retrouve mes compatriotes de classement, et contrôle la fin de manche.
Bravo à Xevi Bonet qui remporte la manche après avoir tout fait en tête !  Une 15ème place toujours bonne apprendre, je passe de la 3ème à la 4ème au général. Tout reste à jouer, entre pression et contrôle, instinct et maîtrise... Il y a beaucoup de neurones dans le ring de mon cerveau ! Inspirer, expirer, inspirreeeeer, expirrrrrreeeeeer - Laurie Genovese.

6ème journée - 16 janvier :
Manche compliquée, en majorité dans de la plaine tout à l'ombre sur des km. Après le traumatisme de la manche précédente où je pose juste avant le goal avec tout le groupe de tête, j'ai une sacré pétoche. Je commence avec un bon start mais je refuse de voler devant, tant pis pour les leading points. Je fais du surplace pour laisser passer plusieurs groupes afin de pouvoir illustrer de confettis multicolores les éventuels miracles aerologiques qui voudraient bien se manifester. Après 4 manches, j'ai renoncé à essayer de tout comprendre, je crois ce que vois, si ça monte à l'ombre, dans les champs verts, ainsi soit-il.
Se décaler aux arrières postes est néanmoins un jeu très risqué. On peut très rapidement se faire larguer dès qu'un groupe devant commence à rebondir. Aujourd'hui, je m'en suis bien sorti à ce jeu en recollant la tête au bon moment quand le gros du travail avait déjà était fait. Il ne me restait plus qu'a surfer ce bon groupe de tête jusqu'à la ligne où je m'echappais légèrement. Mais tout va bien, ma gène de n'avoir pas eu à trouver un seul thermique sera apaisée par une juste punition en leading bonus - Luc Armant.

5ème journée - 14 janvier :
Avant la journée de repos obligatoire imposée par le règlement de la PWCA, une manche de 82km nous est proposée.
Dessinée en forme de sablier, elle nous fait traverser la vallée à deux reprises dans la largeur. Start entrant sur balise B10 à 12h15 avec un rayon de 13km, à la lecture du tracé optimisé, il y a de la distance à gagner en préparant son start au Nord/Est de Zarzal.
Important de décoller tôt pour s'y positionner, nous devons traverser la plaine. Après hésitations des différents groupes, ceux-ci sont aspirés par les premiers pilotes partant en plaine, accueillis par un magnifique ciel. La course est lancée, le jeu est une sélection de vz et de régime de vol.
Durant les 60 premiers kilomètres, les grappes rebondissent rapidement de cumulus en cumulus sur un rythme élevé et régulier. Des congestus et cumulo-nimbus se sont formés sur la chaine de montagne à l'Ouest entre Roldanillo et  La Union. Le ciel s'assombrit devant nous sur les kilomètres restant à parcourir.
Changement de rythme, il faut assurer le plein malgré une vz faible avant de s'engager sous ce ciel voilé de nimbe. Bras rentré, régime de vol à 1/3, la transition débute en étant détendu et dans l'observation.
Sur le tracé optimisé et sur les collines, le groupe de tête  est en difficulté et pose. Les pilotes de mon groupe et les suivants restent sur la même ligne que les premiers.
Je suis à 300 mètres sol, je n'accélère plus et laisse filer les autres pilotes en me laissant attirer vers une zone favorable sur ma droite en dehors de l'optimisé.
A cet endroit, la plaine à l'Ouest du Rio Cauca est belle, sèche, et le sol un peu plus lumineux. Nous sommes 2 pilotes à tenter cette option. Ça commence à enrouler du 0m/s ; plus à notre droite, des rapaces enroulent, c'est maintenant du 0.3 m/s et du plaisir. Il y a une opportunité, il faut bien la jouer jusqu'au bout.
Sur les collines à l'Est, un groupe qui s'est reformé est en survie et se fait décaler dans la compression des collines. Pendant que l'orage gronde au loin, la nimbe se désagrège et le soleil fait son apparition. Le timing aérologique aura été une des clés de cette manche. Légèrement au vent de la trajectoire, nous sommes en position favorable. Les ascendances sont de retour, je préfère assurer et laisse filer Hans qui est mieux placé. Je reste appliqué et concentré sur cette rentrée au goal tout en savourant pleinement cet instant. Derrière, le groupe a trouvé un bon thermique et boucle proche, 23 pilotes au goal.
Plusieurs français passent la ligne, Laurie et Honorin font une belle opération au classement général. A noter, le beau classement de Bénédicte et Rémi qui font une superbe première moitié de compétition.
Aujourd'hui ce sera repos et distraction - Denis Cortella.

4ème journée - 13 janvier :
Aujourd'hui, malgré l'optimisme de l'organisation, la manche est annulée avant le start ! Activité séchage de voile pour toute l'équipe ! A demain pour de nouvelles aventures ! Honorin Hamard.

3ème journée - 12 janvier :
82 kms nous ont été proposés pour cette 3ème manche. La première balise était au nord avec possibilité de rester au relief jusqu'au bout (un peu plus long en distance) ou partir dans la plaine. L'humidité importante à l'étage moyen et l'ombre engendrée n'ont pas motivé beaucoup de pilotes à se jeter dans la plaine.
La deuxième balise était ensuite au Sud au milieu de la plaine avec un rayon de 400m. Il fallait ensuite ressortir de cette balise avec un rayon de 5 kms puis revenir à 400m. Cette partie fut assez généreuse pour le groupe de tête avec des belles rues de nuages. Cela laissait la possibilité de choisir sa trajectoire pour ce petit aller-retour.
Le goal n'était alors plus qu'à 30 kms. Les surdéveloppements commençaient à se rapprocher et il ne fallait pas trainer. Les 20km/h de vent de face n'ont pas facilité la tâche mais le groupe composé d'une bonne trentaine de pilote était efficace.
Le final glide est lancé  alors que le goal est déjà dans l'ombre des surdéveloppements. L'extinction des thermiques ne permettra qu'à une quarantaine de pilotes de faire le goal.
Le jeune italien Nicolas Donini remporte la manche devant Honorin et moi. Deux autres français sont dans le top 10 : Charles Cazaux (5ème) et Tim Rochas (7ème).
Le classement général provisoire a été fortement bousculé avec cette manche et risque de l'être encore jusqu'au bout de cette compétition - Jonathan Marin.

2ème journée - 11 janvier :
100km sont lancés dans des conditions vraiment fumantes. Gros thermiques et un peu de relief pour aller à la première balise vent dans le dos. Je suis dans le coup, rien de compliqué jusque-là, et on fait demi-tour pour 30km vers B2. Là, vent de face, ça se corse. Il va falloir traverser la vallée à un moment donné et je commets une erreur de taille. Je quitte un gros thermique avant le plafond pour me décaler en plaine pensant qu'on va traverser. Mais non, le groupe part encore au vent avant d'y aller. Je prends quelques centaines de mètres et me retrouve sur une ligne pas vraiment porteuse... Je vais passer les 3/4 du vol à essayer de remonter en attaquant par le bas. Mais cela ne marche pas. Changement de tactique, on enroule jusqu' au bout. Après la B2, direction B3 avant la rentrée au goal, cette fois-ci vent dans le dos. On prend une ligne décalée du groupe avec Donini qui nous permet de recoller à 20km de l'arrivee. Il faut rester vigilant et c'est une rentrée au goal comme hier qui se prépare, tendu avec risque de poser et du vent de face. Je réussis à faire 7s du premier et me classer 5ème. J'ai quand même serré les fesses, mais il y avait plus bas que moi ;-) Très bonne manche encore 8 possibles !!!
Je reste en tête ! - Honorin Hamard.

1ère journée - 10 janvier  :
Salut à tous ! Première manche de la Superfinale aujourd'hui. 84km entre ombre et soleil. Une petite casquette sur le départ qui met une bonne partie du relief à l'ombre et c'est déjà difficile de se placer. Pas mal d'options finalement pour aller à la B1. Je prends une option solo payante et fais B1 en premier, alors que presque tout le monde est parti en plaine. Les thermiques sont bons mais assez éloignés et on se retrouve vite bas dans les transitions. Pour retourner vers le sud et faire la B2, je vois les groupes en plaine qui avancent très vite. Je décide donc de bifurquer vers eux pour ne pas me faire manger. Ça marche, je reprends le groupe et vais faire B2. Sur cette balise j'attaque encore pour me retrouver devant vers B3. Je suis rejoint par Max et Michael. Un dernier thermique pour se mettre en finesse du goal. C'est Max qui part le premier mais je trouve que c'est chaud vu qu'on va être vent de face. Michael reste aussi. On part quelques secondes après mais ça va aussi être chaud. On claque la fin des points temps mais on est trop bas pour rentrer au goal à 2km. Néanmoins les oiseaux sont là et on trouve un bon thermique pour rentrer safe. Vraiment pas facile cette rentrée au goal, encore de belles histoires à raconter. Bravo à Max qui gagne au temps et Laurie qui nous sort aussi une très grosse manche. Aller les copains bons ou mauvais résultats, ce n'est que le début et on va encore bien se marrer !!! Good night - Honorin Hamard.