Le vol de Paul BICHAT GOBARD du 17/08/2014

99-00 | 00-01 | 01-02 | 02-03 | 03-04 | 04-05 | 05-06 | 06-07 | 07-08 | 08-09 | 09-10 | 10-11 | 11-12 | 12-13 | 13-14 | 14-15 | 15-16 | 16-17 | 17-18 | 18-19
Pour tous problemes avec un vol ou un classement, contacter l'equipe C.F.D.
trace GPS2014-08-17-igcfile-208931-54307.igc
decollagedim, 17/08/2014 - 11:48 UTC
atterrissagedim, 17/08/2014 - 17:29 UTC
Plafond max2546 m
Vz max+6.2 m/s
Nombre de points de la trace20277
intervalle moyen d'enregistrement1 point/1s
Trous dans la traceOui, le plus long de 108s
cryptage FAIOK. signature = xsr

Télécharger la trace :


Astuces d'utilisation de la carte : ( visugps, une réalisation VictorB)

Recit pour mon vol de 103.93kms du 17/08/2014

Météo du vol: 

25 de Sud ouest prévu à 2000 qui devient sensible a partir de 1500 Instable jusqu’à 2500 relativement stable dans les basse couche. Grand ciel bleu avec des cum clairsemé

récit du vol: 

En arrivant à la croix le vent est effectivement Sud Ouest mais pas tant que ça et même très longeant sur la crête, je prend de bonne rafale s'en suit toujours, la formation de barbules vers 2400 plutôt encourageant ?! mouais... j'hésite longtemps avant décoller, je parviens pas à entendre les balises que je veux et j'ai envie de laissé le temps à la face Ouest de chauffer... Arrivé 13h30 je me résigne à décoller plus bas, en face Ouest le déco est toujours alimenté et je m'attend à remonter en soaring turbulent, au pire ce sera une fléchette à st Hugues, mais arrivé à 50 m sol je yoyotte, c'est pas du tout du soaring, je suis sous le vent de la face Est  qui est hyperactive, j'essaye de remonter pour me placer au vent sur la face sud; je trouve un dynamique plutôt sympa et je vais même un peux remonter sur la face Est, il n'y a rien a faire en face Ouest... Il est impossible d'enrouler quoique ce soit les thermiques sont démontés en pièces, je ne m'attend pas à aller très loin.

Je vise la face ouest du sommet du Manival à la recherche d'un truc pour survivre et arriver plus haut sur le sommet à l'ouest du col des Ayes ou j'ai l'habitude de faire de très bons pleins, je trouve déjà un appui ultra efficace je sors et j'enroule mon premier thermique ! qui ressemble à quelque chose... Inutile de prendre un repère au sol pour enrouler il défile à une vitesse incroyable, je met la cap sur la Scia ou il y a 3, 4 voile perché autour de 2000, je fais le plein je transite sur la face Sud de Malissard qui s'annonce plus que bon par des conditions pareil, je sors et commence le plus beau glide de Malissard de ma vie, je trouve enfin le flux de Sud Ouest sur le quelle je comptai Je monte et j'avance à 54 km/h c'est jouissif, je retrouve en cours de route un thermique exploitable qui monte plutôt bien je vais me percher à 2550 et en fin de compte, j'ai déjà réalisé l'une des transitions sur laquelle je me questionnai, que demande le peuple ?! je me trouve en finesse du Granier ! Arrivé au Granier je ne m'attend pas a faire plus de plein, je pars en transition à 2000.
Je vise la savoyarde au plus court, je ne m'attend pas a trouver une brise soutenue avec un sud pareil... Erreur ! J'arrive scotché au pied de la Savoyarde, s'en suis 10 longues minutes de yoyo pour remonter au vent, je découvre le coin, pour le Serpaton on était quand même plus loin du sol, Les conditions à moins de 1400 sont relativement stable, la monté au Margeriaz est longues... et je ne toucherai le flux de sud ouest que vers 1700... J'arrive au sommet du margeriaz dans un dynamique de nouveau très sympas jusqu'au col vers Plainpalet, s’en suis, une grosse séance de pa-rap-la-pente et pas du tout le Margeriaz auquel je m'attendais... je retrouve le flux de brise normal que aux 2/3 du chemin... et encore mieux ça monte vraiment ! Je fait 2030m de plaf et trouve  la réponse à, comment raccrocher le roc des bœuf ? ou presque... Encore une transition qui va vite, je rebondis sur l’intermédiaire, je raccroche l’arrête sud du Roc des Boeuf, c'est encore stable, je grate le long du relief, je sors de facon cyclique doucement,  je passe à coté d'un magnifique aigle, perché au sommet d'un caillou , tellement le roi du Roc des Bœuf qu'il ne bouge pas un caramel. Ensuite je refais le plaf aux barbules et je pars glisser sur Planfait "finger in the nose", Annecy est bien plus fréquentable que les Bauges ou la Chartreuse par ce vent et le Parmelan devrait être bien plus agréable que la veille, arrivé en haut du Parmelan je retrouve mon soaring de Sud Ouest tellement agréable chapeauté par un lenticulaire parfait qui m'offre le plaisir de monter devant et je pars pour le glide final qui sera au début au vent puis sous le vent de la brise dans le secteur de la Roche sur Foron mais c'est pas grave à cette heure là  la masse d'air c'est de l'huile...
Bon la conclusion c'est que Chamechaude c'est au sud de la chartreuse, mais c'est quand même pas terrible par condition de sud ouest fort... En face il y avait le charmant som avec un magnifique cum