Le vol de Paul BICHAT GOBARD du 26/06/2015

99-00 | 00-01 | 01-02 | 02-03 | 03-04 | 04-05 | 05-06 | 06-07 | 07-08 | 08-09 | 09-10 | 10-11 | 11-12 | 12-13 | 13-14 | 14-15 | 15-16 | 16-17 | 17-18 | 18-19 | 19-20


Pour tous problemes avec un vol ou un classement, contacter l'equipe C.F.D.
trace GPS2015-06-26-igcfile-208931-68380.igc
decollageven, 26/06/2015 - 09:44 UTC
atterrissageven, 26/06/2015 - 12:26 UTC
Plafond max2446 m
Vz max+5.5 m/s
Nombre de points de la trace9675
intervalle moyen d'enregistrement1 point/1s
Trous dans la tracenon
cryptage FAIOK. signature = xsr

Télécharger la trace :


Astuces d'utilisation de la carte : ( visugps, une réalisation VictorB)

Recit pour mon vol de 60.51kms du 26/06/2015

Météo du vol: 

Faible flux de nord ouest bonne instabilité jusqu’à 2500

récit du vol: 

Eh bien moi j'ai trouvé la journée fantastique, j'avais presque oublié à quoi ressemblai des bonnes conditions de cross après les deux jours qui ont précédé, et Saint hilaire ça à très bien marché, on vas a la bastille presque en ligne droite et la couche des 1500 pète à notre arrivé sur Manival, enfin pour moi... me permettant de rattraper Matthieu et Nico. On vole ensemble jusqu'au Granier dans des condition très agréables et de bon thermiques, la face Est a 2200, on s'en met plein la vue!
 
Mode Bisounours OFF:

Comme je le disais les conditions sont bien installé les thermiques facile à comprendre et moi qui ai jamais eu peur des cailloux, je me sens en confiance pour monter près du relief, je sort dans un bouchon sur Manival qui me colle à 1900, je suis bien perché sur Manival, j'avance pour me placer aux vent de la pointe de Manival et je traverse une espèce de vague scélérate sorti de nul part, je freine fort et prend une fermeture à 75%, je cravate une demi aile, trop peur de décrocher je la laisse partir sur 3/4 de tour, je contre, retourne au vol droit et dé cravate en décrochant une demi aile, je suis très loin du sol tout vas bien, je souffle un coup et reprend le vol.
On vole bien, on raccroche la savoyarde, je sort dans un bouchon que j'enroule toujours proche du relief, je rattrape Mathieu, monte un peu, et part sur la Sauge, on avance dans la combe, monte doucement dans des bulettes, cherche quelque chose à enrouler, un bon thermique déclenche, on enroule en face à face avec Mathieu, près du relief mais sans plus, je suis toujours en confiance dans ces conditions, j'ignore si j'ai manqué d'un contact ferme sur l'aile extérieur, je suis confiant, je laisse glisser la voile, et traverse une autre vague scélérate toujours très brutal, je sens la secousse et le bruit de la voile, ma trajectoire part vers le relief, mais cette fois je n'ai pas de marge, je contre immédiatement, je lève la tète, j'y crois pas ! j'ai une cravate qui doit prendre 30% de l'envergure, ce qu'il se passe ensuite et tellement rapide, je n'ai pas bien compris... je pense une espèce de rodéo, avec beaucoup de roulie, allant de contre, en décrochage, en reprise de vol, le secours ? Il est trop tard... Je pense à ne pas impacter face au relief, je fini avec une trajectoire tangente à la pente, trouve un arbuste sur mon passage, je me dit ouf un coussin ! Je le traverse, je suis stoppé et debout sans bobo ouf le soulagement, je crie pour rassurer Mathieu, heureusement pour une fois j'ai une radio...
 
Je ne sais pas si je traverse une série noir ou si mon pilotage et à remettre en cause, une chose est sur, c'est que je ne vole pas différemment en Icepeak 6, que avec mon Aspen, que ce soit en terme de placement, de marge de sécurité ou de pilotage, on ne se refait pas, mais j'ai eu plus d'incident de vol en 2 mois avec l'ip6 que en un an avec l'Aspen et les conséquences sont nettement plus sérieuse. Avec l'Aspen j'ignorais ce que c'était qu'une autorote... Ducoup je vend l'IP6 même si le pilotage et les sensation de glisse sont terrible, je vais essayer de rester vivant, et de toute façon j'irai pas au Nepal en IP6 et les EN C volent bien assez bien...