Le vol de Romain GABILY du 10/05/2019

99-00 | 00-01 | 01-02 | 02-03 | 03-04 | 04-05 | 05-06 | 06-07 | 07-08 | 08-09 | 09-10 | 10-11 | 11-12 | 12-13 | 13-14 | 14-15 | 15-16 | 16-17 | 17-18 | 18-19 | 19-20


Pour tous problemes avec un vol ou un classement, contacter l'equipe C.F.D.
trace GPS2019-05-10-igcfile-237450-177065.igc
decollageven, 10/05/2019 - 09:39 UTC
atterrissageven, 10/05/2019 - 15:18 UTC
Plafond max2175 m
Vz max+10 m/s
Nombre de points de la trace20343
intervalle moyen d'enregistrement1 point/1s
Trous dans la tracenon
cryptage FAIOK. signature = xct

Télécharger la trace :


Astuces d'utilisation de la carte : ( visugps, une réalisation VictorB)

Recit pour mon vol de 111.36kms du 10/05/2019

récit du vol: 

Cette journée de vendredi sentait bon le petit holdup entre 2 perturbations (la pluie vient de s’arrêter cette nuit après 2 jours non-stop, et un nouveau front arrivant par l’ouest est annoncé pour la fin d’aprème). Moins de risque de pluie au Sud donc je fais la route jusqu’à Saint-Hil.On s’attend à une forte humidité avec un plafond très bas le matin, et un voile assez tôt qui va sûrement écourter la journée. 30 km/h d’Ouest annoncé >2000-2500m, régime de brises mélangées à du Sud en-dessous. En tous cas, ce vol fut comme un stage condensé d’identification des nuages… on a tout eu !! Régis me partage son plan de vol : un FAI de 130 km Rachais / Dent du Chat / Chamoux qui nous permettrait de profiter du Sud pour traverser la Chartreuse. Je ne suis jamais allé dans le coeur de ce massif donc c’est une super occasion de découvrir tout ça ! Go !!Pas d’autre choix que d’attendre que le plafond (assez évident vu le nuage !) monte un peu, déco vers 11h30. Bonne brise + thermique = vite au Rachais, puis les nouveautés commencent donc résultat : je fais du tourisme au lieu d’être efficace…je n’ai pas les lignes précises du plan de vol en tête et pour l’instant je suis 10 minutes devant donc j’explore chaque montagne du coin… Néron : assez inhospitalier mais la face Est marchait super bien, Roche Traversier : belle vue sur le Vercors, Rocher de Chalves : Régis m’y rejoint, c’est beau aussi car notre plafond en faces Est à 1900 m nous permet d’être très haut haut-dessus des jolis cums bien blancs qui forment sur les faces Ouest sous nos pieds ! Sensation assez irréelle, 2 plafonds si proches l’un de l’autre géographiquement mais tellement différents en altitude, et matérialisés par des nuages à toutes les hauteurs… bon pas trop de rêverie, c’est assez actif partout, tant pis je laisse l’appareil photo dans la poche pour cette fois (et ce sera valable tout le vol). Après une brève mais efficace réunion en radio on tombe d’accord sur le fait que la route vers le Nord … bah c’est pas par là !! La vallée devant nous (qui monte vers le col de la Charmette) est 100% arborée, pas une clairière pour poser, un col à passer, et au loin des grosses falaises mais sans savoir ce qui nous attend… d’un commun accord, n’allons plus vers le Nord ! Enfin si, mais par une autre vallée, donc nous bifurquons sur notre droite pour une petite branche face à la brise qui nous replace sur les faces Est de la Pinéa.Puis poussés par le Sud dans une aérologie assez turbulente donc on ne s’attarde pas dans le coin, on enchaîne avec le Charmant Som et le Grand Som, où malheureusement Régis passe hors cycle ou à côté du thermique et préfère aller sagement poser à Saint Pierre de Chartreuse. Les faces Ouest commencent à donner, mais je ne peux pas mettre le cap sur le massif de l’Epine tout de suite car les nuages ont bien formé sous mes pieds, ce qui m’obligerait à les traverser. Je les contourne par l’Est en gardant le même cap sur St Pierre d’Entremont, puis bifurque sur ma gauche quand l’horizon est clair. Tout droit jusqu’à raccrocher le Mont Beauvoir, un peu contré par de l’Ouest mais pas trop gênant et surtout c’est une bonne nouvelle puisque la suite du vol est prévue en faces Ouest. Raccrochage à 1100 m.Les plafonds ne sont pas encore généreux mais poussé par le Sud j’arrive facilement à la dent du Chat, avec des couleurs vertes magnifiques sur le lac d’Aiguebelette au passage. Je ne m’aventure pas trop au Nord après la dent du Chat, pour ne pas hypothéquer mes chances de retour avec une longue branche face au Sud (qui s’avérera fatigante car longue et turbulente). De plus ici l’horizon est bien dégagé à l’Ouest et on voit bien au loin ce qui nous arrive dessus : un ciel voilé, des altocumulus assez couchés, des lenticulaires…sympa !! Je bascule sur la fréquence de la fédé, les balises donnent toutes du Sud, 10 à 30 km/h en rafales. J’envisage de poser à Aiguebelette mais j’ai encore du jus et vraiment envie de découvrir les montagnes du Nord de la Chartreuse. Après un joli plaf à 1900 m un peu au Sud du Mont Grelle, je passe derrière et vise les belles faces Ouest de l’Outheran, qui léché par du Sud assez fort m’accueille de manière plutôt virile. Nouvelle erreur, je cherche à avancer au vent pour viser des petites combes Sud mais le gain est très faible par rapport au temps et l’énergie que j’y passe (fort thermique + entrée sous le vent = 2 amorces de parachutale = Romain casse-toi de là). Je décide de repartir vers le Nord en cherchant vent de cul le prochain thermique, ce qui est plus difficile car tout se passe vite mais plus safe sur ce coup-là. De toutes façons j’exclus un posé dans cette vallée, un feu d’agriculteur m’indique du fort sud jusqu’au sol.Une fois ressorti de là, cap sur le Granier. L’aéorologie est soudain plus calme, si ça ne raccroche pas aucun problème je pourrai poser sécu vers Entremont-le-Vieux. La face Ouest du Granier marche bien, le ciel est à présent bien bâché, plafond à 2100 m matérialisé par des cumulus peu actifs et peu épais, tout est à l’ombre. Transition au-dessus de l’Isère, cap sur l’antenne de Bramefarine. Je raccroche à 900, ce qui est plutôt pas mal mais malheureusement j’ai peu d’espoir de remonter : pas de brise, tout à l’ombre. De plus à cause de la ligne haute tension je n’aurai qu’une chance d’aller voir au relief car après il faudra repasser côté aval des câbles.... Ça marche pas, je repasse devant et me laisse glisser le plus loin possible vers le Sud, tout en observant le rideau de pluie qui s’abat au loin sur Grenoble mais ne semble pas venir en ma direction. Je suis quand même surpris de parcourir 7 km en ne consommant que 400 m, en optimisant un peu mieux depuis le Granier ça aurait peut-être bouclé le FAI 115 km, que je loupe pour 3 km. Mais aucun regret, je pose tranquille avant Goncelin et retiens le positif de ce vol : grosse découverte du coeur de la Chartreuse qui m’était encore inconnu par les airs, 5h30 en l’air et bon entraînement dans des conditions assez toniques. Merci à Régis pour la navette !