Le vol de Laurent DERMINE du 23/05/2019

99-00 | 00-01 | 01-02 | 02-03 | 03-04 | 04-05 | 05-06 | 06-07 | 07-08 | 08-09 | 09-10 | 10-11 | 11-12 | 12-13 | 13-14 | 14-15 | 15-16 | 16-17 | 17-18 | 18-19
Pour tous problemes avec un vol ou un classement, contacter l'equipe C.F.D.
trace GPS2019-05-23-igcfile-295737-178160.igc
decollagejeu, 23/05/2019 - 10:01 UTC
atterrissagejeu, 23/05/2019 - 15:16 UTC
Plafond max1973 m
Vz max+10 m/s
Nombre de points de la trace18892
intervalle moyen d'enregistrement1 point/1s
Trous dans la tracenon
cryptage FAIOK. signature = xgd

Télécharger la trace :


Astuces d'utilisation de la carte : ( visugps, une réalisation VictorB)

Recit pour mon vol de 86.07kms du 23/05/2019

Aérologie du vol: 
Peu de vent au décollage (parfois travers Ouest) mais des cycles réguliers montrant une instabilité en basse couche malgré tout, L'extraction se fait rapidement dans une masse d'air instable du bas jusque en haut avec des thermiques larges et peu turbulent. Des conditions au top en ce qui concerne l'instabilité donc. Un vent SO de 10 à 15kmh. Pour éviter l'espace aérien Belge, ma préférence est de faire les premières transitions vers le SO contre le vent en remontant une rue de nuages (plaf +-1600m vers 12h). Vu l'arrivée par l'ouest d'un voile d'altitude épais, changement de cap au-dessus de l'autoroute A304 (l'objectif sur le moment était d’essayer un triangle via Charleville). Arrivé à l'embouchure entre la Meuse et la Semois, je reprends contact visuel avec Bertrand et Vincent mes compagnons de route. J'abandonne l'idée du triangle, préférant voler avec les amis. L'autre raison de cet abandon est le voile de nuages avance sur la région. La probabilité de revenir sur Revin devient faible et écourterait le vol (il est encore tôt). La balise BPC de Bogny en poche, nous passons au-dessus des forêts frontalières au Nord de Sedan. En Belgique, nous respectons les 1371m max mais basculons sur la France (même se le ciel y est moins prometteur) pour pouvoir monter plus haut. Après Bogny le nouveau cap est la balise de Carignan, Bertrand et Vincent pauserons un peu après le passage des forêts. Comme souvent, la plaine en bordure du massif ardennais est moins généreuse en thermique. Après un gros thermique inespéré, (plaf 1900m), Carignan est à portée de transition. Au-dessus de Carignan, je ne trouve pas d'ascendance, ça sent l’atterrissage mais je ne peux m'y résoudre car plusieurs cumulus marquent la zone. La colline surplombant Carignan sous le vent ne donne rien non plus. Derrière celle -ci (sous le vent) un petit relief déclenchant des bulles d'air me permet de rester à une altitude stable. Deux buses bien portantes (puis quatre) qui m’aiderons à trouver l’ascendance pour remonter à une altitude plus reposante (+-1100m). Le calme de ce moment privilégié sera perturbé par mes acolytes précédemment posés et récupérés me demandant d'aller poser pour abréger leur souffrance (d'être au sol). Le plané finale se fera vent cul vers la Belgique passant sur le côté de l'abbaye d'Orval au milieu de sa foret , telle une oasis dans le désert. Atterrissage de type cumulet pour tester la souplesse des articulations. Bref un vol tampax, 100% dans les règles (aériennes) (écourté par des rabats joies) (sympa tout de même :-D).
récit du vol: 

Peu de vent au décollage (parfois travers Ouest) mais des cycles réguliers montrant une instabilité en basse couche malgré tout,L'extraction se fait rapidement dans une masse d'air instable du bas jusque en haut avec des thermiques larges et peu turbulent.Des conditions au top en ce qui concerne l'instabilité donc. Un vent SO de 10 à 15kmh.Pour éviter l'espace aérien Belge, ma préférence est de faire les premières transitions vers le SO contre le vent en remontant une rue de nuages (plaf +-1600m vers 12h).Vu l'arrivée par l'ouest d'un voile d'altitude épais, changement de cap au-dessus de l'autoroute A304 (l'objectif sur le moment était d’essayer un triangle via Charleville). Arrivé à l'embouchure entre la Meuse et la Semois, je reprends contact visuel avec Bertrand et Vincent mes compagnons de route. J'abandonne l'idée du triangle, préférant voler avec les amis. L'autre raison de cet abandon est le voile de nuages avance sur la région. La probabilité de revenir sur Revin devient faible et écourterait le vol (il est encore tôt). La balise BPC de Bogny en poche, nous passons au-dessus des forêts frontalières au Nord de Sedan. En Belgique, nous respectons les 1371m max mais basculons sur la France (même se le ciel y est moins prometteur) pour pouvoir monter plus haut. Après Bogny le nouveau cap est la balise de Carignan, Bertrand et Vincent pauserons un peu après le passage des forêts. Comme souvent, la plaine en bordure du massif ardennais est moins généreuse en thermique. Après un gros thermique inespéré, (plaf 1900m), Carignan est à portée de transition. Au-dessus de Carignan, je ne trouve pas d'ascendance, ça sent l’atterrissage mais je ne peux m'y résoudre car plusieurs cumulus marquent la zone. La colline surplombant Carignan sous le vent ne donne rien non plus. Derrière celle -ci (sous le vent) un petit relief déclenchant des bulles d'air me permet de rester à une altitude stable. Deux buses bien portantes (puis quatre) qui m’aiderons à trouver l’ascendance pour remonter à une altitude plus reposante (+-1100m). Le calme de ce moment privilégié sera perturbé par mes acolytes précédemment posés et récupérés me demandant d'aller poser pour abréger leur souffrance (d'être au sol).   Le plané finale se fera vent cul vers la Belgique passant sur le côté de l'abbaye d'Orval au milieu de sa foret , telle une oasis dans le désert. Atterrissage de type cumulet pour tester la souplesse des articulations. Bref un vol tampax, 100% dans les règles (aériennes) (écourté par des rabats joies) (sympa tout de même :-D).

Fichier attachéTaille
Icône image 20190523_163916.jpg509.92 Ko