Championnat du Monde 2005 - Manche 5

La détérioration quotidienne rapide des conditions de vol encourage le lancement de manches de plus en plus précoces. Cette foi-ci la course débute par une branche assez courte mais délicate face au vent. Devant cette difficulté, des écarts se creusent au passage de la première balise. Nos pilotes s'en sortent assez bien et plusieurs font partie du groupe de tête. La suite les amène à survoler vent arrière une très grande zone de collines très difficilement accessible. C'est la dimension aventure brésilienne : l'enjeu nécessite un investissement maximum de tout les pilotes et ce n'est parfois qu'après s'être posé que certains réalisent qu'il leur faudra plusieurs heures de marche sous un soleil de plomb avant d'atteindre la première route correcte et être récupérés. Mais ce jour là, l'effondrement des conditions thermique survient à proximité de la deuxième balise qui est un village. D'un cheminement rapide de cumulus en cumulus la course bascule en une simple lutte de survie a proximité du sol où la moindre bulle a plus 0,2 est bonne à prendre. En quelques minutes la messe est dite et la grande majorité des pilotes échoue au même endroit. Tous nos pilotes en font partie. Assez longtemps après que les concurrents posés aient plié leur voile, un groupe d'attardé qui a réussit a rester en l'air dans une zone plus favorable les survole. Ils planent en direction d'un des derniers cumulus encore valide et engrangent aux passage quelques précieux kilomètres. C'est une manche relativement neutre mais encore une fois nous ne grappillons pas les quelques points supplémentaires de ceux qui se posent le plus en avant. Le suisse Stephan WYSS gagne intelligemment cette manche. Avec son compatriote Steve COX, l'anglais Bruce GOLDSMITH et l'autrichien Christian TAMMEGER, ils forment le club très fermé des pilotes qui n'ont pas encore fait d'erreur depuis cinq manches. Ils ont certainement pris une option sur le titre. C'est l'une de nos filles qui marque aujourd'hui le plus de point pour les français : Caroline commence à bien savoir exploiter sa voile pour flotter et rester en l'air. Demain pour la première fois une détérioration probable du temps grèvera sans doute le vol. La première moitié du championnat est sans doute consommée.