FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=1375

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volSaint André-Dormillouse A/R
nomOlivier COTASSON
Zone de volSaint André -Dormillouse
Type de volAller-Retour
Date du vol11/09/2010
distance105.30
Dep05
texteVendredi 10 septembre, Sylvain me propose une descente impromptue à Saint André pour le lendemain.

Faire le "classique" Saint-André /Dormillouse A/R c'est un vol que j'aimerai réaliser depuis des années.
Pourtant, je n'ai jamais réussi à faire grand'chose à Saint André. Soit les conditions étaient trop fortes, soit pas assez, et je ne savais pas trop où aller.

Cheval blanc, Côte longue, Tête de l'Estrop, autant de noms entendus ici ou là, qui me font rêver, mais qui restent à conquérir.

Même si la saison est déjà bien avancée, le WE s'annonce plutôt pas mal, et avant de partir, je jette vite fait un oeil sur quelques traces CFD, histoire de voir les différentes voies aériennes utilisées pour cet itinéraire.

On arrive au déco, et les conditions tardent à s'installer. Ca a l'air franchement stable. Je me mets en l'air, alors que Sylvain me dit de patienter. Il a pas tort le bougre, c'est vraiment pas encore ça ! Je patiente 10 minutes, histoire que Sylvain se mette également en vol, et je lui annonce que je pars, direction les antennes, sans grande conviction, car je n'ai pourtant pas un gaz énorme : Je suis au niveau des crêtes. Il est derrière moi, avec un wagon de voile. Je rejoins quant à moi un premier groupe, que je finis par dépasser. Au niveau des antennes premier plaf à 2200 m... Ben c'est pas gagné. Une R10 et une boom 7 sont partis 100 m plus bas, direction lambruisse. Je les retrouve là-bas. Au délà de "Meunier", pour moi c'est l'inconnu.

01-Lambruisse


Un groupe d'aile est déjà sur place et patiente dans un thermique anémique. Finalement, on se jette sur le Cheval Blanc, au ras du caillou. La R10 fait marche arrière, pour aller chercher la Boom. Je temporise sur les faces minérales du cheval blanc. On sent bien la brise rentrer, latéralement, et c'est un peu tendu. Sylvain me demande où je suis, je ne peux lui répondre que 10 minutes après.

02-cheval_blanc

Les thermiques sont péteux : Au débriefing l'un des pilotes évoquera des "tuyaux de cheminée" qui tentaient de péter l'inversion : C'est à peu près ça. Je contourne le cheval blanc. J'entends des éboulis, une harde de chamois passe 100 mètres sous mes pieds dans les pierriers.

Le groupe de tête part, direction le Carton. Je commence par les suivre, puis je me ravise : Je retourne patienter sur l'extrémité nord du Cheval Blanc. Il me semble que la transition est bien longue, et que mon plaf actuel un peu limite, d'autant que je trouve 50 mètres plus bas que les ailes qui viennent de partir, et que je n'ai pas leurs perfs. Pendant que je patiente, je surveille d'un oeil les premiers, sur les 6, il y en trois qui zérotent, au pied du Carton, pendant que l'autre moitié a réussi à se refaire.

Je reprends 100 mètres, et je pars à 2250 mètres, il ne faut espérer mieux, ou alors perdre les premiers de vue, et je ne sais pas trop par où passer. Je survole les trois malheureux en espérant trouver une pompe salutaire, à l'endroit qu'ils viennent de quitter, de guerre lasse. Finalement ça finit par sortir pour moi, au bout d'une quinzaine de minutes d'errance. Me voilà au dessus du Carton ! J'arrive à la hauteur d'une Omega 7, qui n'arrive pas à accrocher mon thermique. Les autres sont déjà partis plus avant, ils sont loin, tandis qu'une autre voile fait demi-tour. C'est peut-être la bonne décision... Pourant ça commence enfin à s'allumer. Le thermique me monte jusqu'à 2500, je me jette sur la crête suivante, la montagne de la chau, en espérant que ça le fasse.

03-montagne_de_la_chau

C'est un peu tendu, parce que les fonds de vallées ne sont pas très accueillants. Ca ressemble même à des ravines, vu d'ici. J'y trouve un autre thermique qui me monte à 2650 m. Je me jette alors sur le "trauma". J'y retrouve l'Oméga 7, qui arrive quasiment en même temps, plus bas, en ayant cheminé, sans s'engager dans l'intérieur du massif. A retenir !

On patiente encore 20 minutes sous tête de l'Estrop. J'aperçois un vautour moine, qui me montre un chemin. Il gratte près du caillou pour s'extraire, et je préfère éviter de le suivre... Le "trauma" porte bien son nom m'a dit Sylvain, alors je reste méfiant.
Je perds l'Oméga 7 de vue, et je continue direction la "montagne des têtes". Cinq planeurs me balisent un bon thermique, loin du relief.

04-montagne_des_tetes

Merci les copains. Ils enroulent autour de moi, tandis que je monte au centre de cette ronde improvisée. Me voilà sur la Blanche.
Ou plus exactement sous la Blanche. J'ai perdu tout mon gain dans la transition. Là encore je reviens par deux fois sous la montagne des têtes, car ma hauteur me parait insuffisante. Ca y est je suis enfin aux crêtes...à mouettes. Direction Dormillouse !
J'y suis presque, et déjà je vois la R10 et une Avax revenir. Puis un peu plus loin derrière, une Mercury et une Oméga 8, avec lesquelles j'avais fait un bout de chemin à l'aller.

05-Dormillouse

Ca fait déjà trois heures que je vole... Il faut penser au retour, si je veux espérer boucler. J'irai jusqu'à Saint Vincent les Forts une autre fois. Le temps de prendre une photo du lac de Serre-Ponçon, et je prends le train du retour en marche, car je sais pas trop par ou passer, et vu les conditions, il vaut mieux s'entraider.

06-Astral_6

On ratisse large, en prenant des options différentes, mais finalement les deux me rejoignent sur le Carton.

07-Carton

Les conditions de tout à l'heure se sont bien calmées. On avance prudemment, direction Côte longue.

08-Cote_longue

Sur ses parois, j'aperçois enfin une plaine, c'est Thorame. Là, si j'avais été tout seul, j'aurais sans doute posé. Toutes les traces GPS que j'avais pu voir finissaient ici.

09-Thorame

Pourtant mes deux compères font mine de continuer, dans la vallée de l'issole.

10-L_issole

Jusqu'ici le retour s'est fait dans des conditions calmes, pour ne pas dire anémiques. Devant moi, près de 10 km de traversée, au dessus d'un adret couvert d'une forêt dense, sans plaf (1800 m) . Je suis étonné, a posteriori, d'y avoir découvert une route sur une carte, car en vol, elle était bien cachée. Pas de vache en vue, pourtant ça ne m'inquiète pas...Je compte sur la restit' du soir sur ces faces ouest. Je me suis laissé porter par la dynamique de groupe et ça a payé... ou tout simplement au bout de 5 heures de vol, je me prends pour un oiseau et je manque de discernement. Rétropectivement, c'était quand même gonflé.

On arrive de l'autre côté, et on reprend enfin quelques centaines de mètres. A vrai dire, j'en ai plein les pattes, et j'irai bien poser. D'ici je suis en mesure de rejoindre l'atterissage officiel.

11-SaintAndre

Mais devant nous, la crête des serres nous tend les bras.

12-Crete_des_serres

Allez hop, un petit aller-retour jusqu'au Pic de chamatte pour passer la barre des 100 bornes.

13-Pic_de_Chamatte

Alors que j'approche enfin de l'atterrissage, j'aperçois la grappe de voiles qui s'élève au dessus du chalvet pour le vol du soir. Cette pensée me traverse l'esprit : le cross est au vol local ce que la navigation hauturière est au cabotage. Sans doute plus engagé, mais tellement plus gratifiant !

15-Sprint_final

Je suis fourbu, je titube, je dormirai pas de la nuit en dépit d'une grosse fatigue, et le lendemain je n'ai même pas envie de voler, encore repu de ce vol magnifique.
meteoStable, pas de vent ressenti.