FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=1408

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volTriangle FAI Néron/Aiguebelette/Saint-Genis
nomOlivier COTASSON
Zone de volChartreuse
Type de voltriangle FAI
Date du vol26/03/2011
distance98.08
Dep38
texteLa semaine a été "fumante". Pourtant le WE semble compromis. A tel point que la compétition à laquelle je souhaitais prendre part (Audibergue, à côté de Gourdon) est annulée.

Et bien, on va essayer d'aller voler quand même. Rendez-vous est pris avec Michel R. et Gaston G. des GLLOQs. On va essayer de boucler le triangle FAI "classique" (St Eynard - Granier - Belledonne), en agrandissant les extrémités, si les conditions le permettent. Comme ça on pourra passer à autre chose pour le reste de la saison.

On décolle un peu avant midi. C'est l'autoroute jusqu'au St Eynard.
Arrivé là, en ayant cheminé au dessus des crêtes, je perds tout mon gain... Bizarre.
Michel et Gaston me rattrapent, me doublent même (par en dessus) et continuent jusqu'au Rachais. Je tricote, et finalement ça sort.

Direction le Rachais. J'y vais rarement parce que je reviens souvent bas. Ca sort encore (1366m).
Je prends soin de pas trop m'avancer sur la ZIT de grenoble, et tente ensuite le Néron.
C'est une première pour moi. La prochaine fois je saurai de quel côté l'aborder... Je prends une grosse dégueulante (-8.5 m), puis presque autant en positif (+7) juste derrière. Visiblement je suis sous le vent de la brise venant de Saint Egrève. Pif, paf, pouf: Encore deux caissons ouverts. On va arrêter les frais.
Je reviens à 500 m AMSL me coller en face ouest du Rachais. Pendant que je me refais, une R10.2 me double elle vient du Sud (Vercors). En fait, j'en verrai un paquet aujourd'hui !

Retour sur le St Eynard, j'attaque la dent de Crolles par le bec charvet, sans perdre trop de temps : J'essaye de rattraper mes deux compères qui ont pris le large...

Arrivé au cirque de Saint-Même, je bascule en face ouest, afin d'optimiser la chance de trouver un thermique : Les journées sont encore courtes en Mars, le soleil commence déjà à basculer et Michel et Gaston viennent d'arriver au Granier. Bonne option, au dessus de l'Alpette, je suis gratifié de 3000 m. J'enroule avec une autre R10,et on prend nos distances au moment où l'on rejoint les barbules. J'arrive à 2700 m au Granier, alors que Michel revient du Joigny. Ils partent direction Belledonne.

Pinaise, avec des conditions pareilles, ce serait dommage de s'en tenir au plan. J'informe mes collègues que je vais peut-être tenter de traverser la Savoyarde, qui m'ouvre les portes de Bauges... Un peu osé quand même...

Avant cela, je décide d'atteindre le Mont Joigny, encore une première.



Je suis la R10 : Elle était au même niveau que moi et derrière. Maintenant il est au dessus et devant... C'est trop injuste !


Au dessus du Joigny, je reprends un thermique généreux qui me remonte à 2700 m. Aiguebelette semble à portée de stabilo. C'est l'option que je prends. Je laisse le Mont Grelle et son "grille-pain" sur la gauche, et me retrouve sur les avant-reliefs du lac après un transition interminable.

Visiblement on n'est plus du tout dans la même masse d'air. Il faut être patient, ou tout simplement appliqué pour rester en l'air. Je suis tellement bas (environ 800m), que je reconnais même pas l'endroit : Quelque 300-400 m sous le déco d'Aiguebelette, presque à l'aplomb de l'autoroute et du tunnel de l'épine...

Au bout de 30 minutes, j'arrive enfin à me hisser au dessus du déco. Je décide de ne pas insister en tentant la dent du chat. Il faut en garder un peu pour le prochain vol, et puis on va essayer de rentrer...Ahem. En dynamique (ouest) , je passe les lignes haute tension. On est quelques-uns à le faire, mais au bout de l'arête, je suis le seul à tenter de raccrocher, et pour cause, devant nous un aile plombe et vient poser aux Echelles.

Je viens "mourir" sur le col des Egaux, puis entreprends une remontée en thermo-dynamique. Finalement un thermique, un peu moins anémique que les autres, me remonte à 2460 m. Assez pour envisager de raccrocher sur le cirque de Saint-Même : Le choix est assez logique : C'est un peu, avec le granier, la seul face qui soit encore suffisamment ensoleillé... Autant prendre le raccourci. Là je reprends 2250 m.

A cette altitude, je me rends compte que l'ombre des falaises de la Chartreuse s'avance déjà jusqu'au milieu du Grésivaudan, soit l'autoroute. Effectivement, les journées sont encore courtes. Transition jusqu'au Saint-Genis, ou ça monte...pas. Et pour cause, l'ombre est déjà en bas des balcons de Belledonne.

C'est un peu la course contre la montre : Je me maintiens juste assez pour me rapprocher de Lumbin, de combe en combe, et pose après 06h10 de vol et un triangle FAI de 98 km.


J'ai posé tellement tard que le flash s'est déclenché.
meteoLeger nord. Bonne instabilité en Chartreuse. Stable sur Aiguebelette.