FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=1461

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volLa barre des écrins à 4613 m
nomGuillaume CHATAIN
Zone de volBelledonne-Rousses-Ecrins
Type de volDistance avec 2 points de contournement
Date du vol20/08/2011
distance132.36
Dep38
texte

DSCF1144


Les conditions météo étant annoncées durablement fumantes en fin de semaine dernière, nous sommes parti avec Seb avec l'idée de faire un vol bivouac de st hil jusqu'à la mer.


Duvet, couverture de survie, PQ, bonbons, fruits sec, pain, jambon, fromage et saucisson  dans la sellette... Après un plouf du matin de st hil pour valider le départ de la moquette (symbolique), on a donc choisi de décoller de Chamrousse pour fuir la stabilité du Grésivaudan, et ce fut une très bonne idée !


Ce premier vol de samedi reste de loin le plus beau vol de ma vie... On décolle en face est, derrière la croix, et on se fait directement bouchonné à 3300m à la vertical du déco. Ca commence bien ! A cette altitude, le cheminement en faces est est une formalité. 3700 derrière le grand pic, la vue est splendide. On transite sur le Rissiou, ou l'on fait "que" 3300m, et on tente un contournement des grandes Rousses côté nord.


     DSCF1137


En arrivant sur le Rissiou (+ou- 3000m)


C'est le point dur (et point bas) du vol, qui nous permet tout de même d'observer une vingtaine de chamois dans les pierriers. Le vent d'O-NO est accéléré entre Belledonne et les Grandes Rousses, les thermiques sont anémiques et hachés. Un aigle me montre le thermique, je coince la bullette et arrive à basculer in entremis en faces est au ras du plateau. Seb arrive juste derrière, manque malheureusement le coche et se pose peut de temps après au col de la croix de fer. A ce moment je suis à 3900m, presque au plafond, face à la Meije, avec les Ecrins qui me tendent les bras. Dur dur de prendre une décision... je craques et je continu, car je sais que c'est LA journée de l'année, et qu'on se retrouvera soit en l'air, soit ce soir.


Bien sûr, je n'avais pas d'appareil photo:-) Dans la tête le survol du glacier de Saint Sorlin à 4000m, du plateau d'Emparis à 4200, avec les aiguilles d'Arves à mes pieds. Dans la tête le survol du glacier blanc et de la barre des écrins à plus de 4600m... Dans la tête le survol de l'Ailefroide, des Bans et du glacier de la pilate...Dans la tête tout le reste du sud des écrins, minéral, sauvage, en thermiques bleus, seul sans le moindre parapente, ni delta...(à peine quelques planeurs).


En arrivant à l'extrême sud des écrins, vers Embrun, j'appel Seb (ouf, ça capte à 3700m), pour savoir ou il en est. Il m'annonce qu'il n'a pas redécollé, et on se donne rendez-vous au col du Lautaret. Je fais alors demi-tour pour tenter de revenir le plus près possible du col, mais sans trop d'espoir car le vent de NO est bien présent. Je choisi de rentrer par la vallée de Briançon, pour me faire pousser par la brise. Je tente une dernière option du fagot en rentrant de nouveau dans le massif au niveau d'Argentière la Bessée, pour couper au plus court. Option osée car il se fait tard...et j'aurai l'air con en posant au près de madame carle à cette heure là.....mais ça passe.  


Dans la tête aussi le dernier plaf  à 4300m, à 18h30 au dessus des Agneaux, dans du +1 tout doux, avec le glacier blanc à mes pied, la barre en face de moi, et la lumières rasantes du soir...C'est certainement le plus beau moment du vol. Je réalise que je viens enfin de réalisé un vieux rêve. C'est tout de même assez impressionnant de se retrouver là, tout seul, au milieu de cette étendue de glace et de roche. On se sent tout petit, et on se dit qu'il ne faut pas merder.


DSCF1151


Attéro/pente à waga au col du Lautaret


Je retrouve Seb au col, mais aussi Claire et John qui tapent des Wagas. Je ne me prive pas et fini le vol par deux-trois wagounets dans la brise.


 Le soir on descends manger et dormir chez John et Claire. Et Bim la Pizza et les canettes :-).  Ca c'est du Bivouac !  Merci pour le logement!


 la trace du vol:   http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2010/vol/20108453


 




Le lendemain, dimanche, on ne sait pas trop ou décoller. Granon, Galibier, Valouise ou Prorel? On décide au dernier moment de monter au Galibier, et de tenter de se (re)faire la barre, car Seb est un peu frustré de la veille. Claire et John nous accompagnent en Biplace. Petit pic-nic au milieu des bouses de vaches sous le col, et hop on se met en l'air vers 13h20. DSCF1155 DSCF1153


Prêts pour le déco sous le col du Galibier


Comme la veille : gros bouchon à 3300m vertical déco. A peine 10 minutes après avoir décollé, je croise 1, puis 3, puis 5, 10, 15 vautours. Un truc de fou, c'est impressionnant, il y en a de partout autour de moi. Je n'en ai jamais vu autant, même dans les Pyrénées. Il doit y avoir une compète de vautours organisée dans le coin, et là, ça doit être le groupe de tête parce que ça vol vite !!! En tout cas ils balisent bien la masse d'air!


 


Avec ce plaf, on transite directement vers le combeynot. John et Claire montent moins haut et décident de rester dans la vallée de Briançon. Ils irons jusqu'au col du Granon. (du glandon, d'ornon...)


 DSCF1156


Entrée dans le Massif des Ecrins au dessus du refuge de villard d'arène.(à+ou-3300m)


3600m au Combeynot, on rentre dans le massif. La masse d'air est beaucoup plus laiteuse que la veille, et donne une impression de stabilité, mais en fait ça monte des briques, et ce n'est pas très turbulent.


DSCF1163


Les Rouies, la Meije et le Rateau (à 4000m)


DSCF1161


En arrivant sur le Pic de Neige Cordier (à+ou-3800m)


DSCF1171


DSCF1173


Le bas du glacier Blanc et le Pelvoux


DSCF1172


Vue sur le point G (à +ou- 3800m)


J'attends Seb au pic de Neige Cordier, on traverse le glacier blanc et on attaque la barre  noir ensemble. C'est aussi sympa de partager ce genre de moment. Les cris d'excitation fusent de part et d'autre. Ce coup-ci Seb à son appareil photo, mais il fait tomber une pile en le sortant quand on arrive au dessus de la Barre !!! Décidément c'est la loose :-). Comme nous dit Claire en radio : "Et ouai les mecs, la barre ça sera dans la tête !" . On survole une cordée de 4 alpinistes presque arrivés au sommet. Eux ont du se lever à 2h du mat...nous on à décollé à 13h ;-). On leur dit bonjour, on s'amuse à leur faire de l'ombre, on passe au raz du sommet, et on chope un thermique qui nous monte à 4529m !!! Yououuuuu... Les 1500m de roche de la face SE rayonnent bien ! On en prends plein les yeux, le paysage est à couper le souffle, et alors qu'au même moment ça bouchonne au sommet du mont blanc pour poser, nous on est tous seuls, il n'y a même pas un planeur pour venir gâcher nôtre plaisir ;-)


On file sur le Coolidge mais on est bien contré par le vent de sud, on décide alors de filer à l'est. On contourne l'ailefroide au raz du sommet, on croise Vianney Tisseau en rigide (Hormis quelques planeurs dans le Queras et les vautours, c'est la seule personne que l'on a croisé en l'air), on refait 4500m au dessus du Pelvoux, et on file vers Briançon. Là on se fait dépouiller par la brise et par le vent de sud qui doit accélérer, alors on fuit  vers le Queras. Satellisation au dessus de côte belle et du col d'Isoard, Seb fait 4200m. On file sur la vallée de St Véran, on titille la frontière Italienne, mais malheureusement le  Mont Viso est dans les nuages.


DSCF1180


Cunimb sur l'Italie vu depuis l'attéro


Un gros cunimb met le fond de la vallée à l'ombre, on fait alors demi tour pour essayer de revenir poser à Arvieux, chez Bastoun. Mais il est tard est la brise n'est pas à notre avantage. On se pose, heureux, à au village de Ville-Vieille, on achète quelques bières pour ne pas arriver les mains vides et on fil en stop chez Bastoun. On débarque au moment de l'apéro, une bouteille de champagne est ouverte sur la table, pour fêter les exams d'une copine à lui...et Pim, cul sec ! On enchaine sur une bonne bouffe avec les légumes du jardin....ça c'est encore du bon bivouac !!! Merci à Bastoun pour l'accueil.


trace : http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2010/vol/20108454


 Lundi


Le vent du sud est plus fort que prévu, et ce pour tout le reste de la semaine, donc plutôt que de "misérer" face au vent, on préfère optimiser les condition fumantes, et on décide de descendre en voiture  dans le sud, afin de remonter poussé par le vent. Le "vol bivouac" se transforme en "vol itinérant". Tant pis pour le "St hil - la mer" !!! Adrien qui voulait nous rejoindre dans le sud nous chope à Guillestre, et on file sur St André les Alpes. On y retrouve Bebert, Man's FF, Fredo, Tonio et tous les deltistes qui participent au championnat de France Delta. Trop de vent au déco pour nous, on va se baigner au lac et on se fait un petit vol du soir. Ca tenait encore à 20h10 en haut de la crête sur Chamatte, accompagné d'un vautour, alors que le soleil se couchait, bien sympa !


 DSCF1185


 


DSCF1183


Adrien


Mardi


On veut tenter de rentre sur St Hil en Volant. On opte pour le col de Bleine. Tonio craque, lâche la compète, et viens avec nous. Fredo, chaud patate, viens également. On déchante vite en arrivant au déco, car il y a beaucoup de vent. Tonio décolle en delta à 11h20 et bouchonne direct à 2500.


DSCF1194


Tonio et Fredo au déco de Bleine


C'est limite pour les parapentes, et j'attend jusqu'a 13h avant de décoller. (Merci au pilote local Benoit Morel pour son avis optimiste, sinon je crois que je n'aurait pas décollé). Les autres ne préfèrent pas se mettre en l'air. Une fois au plaf, vers 2600m, je vois la mer, et m’aperçois que j'aurais pu décoller en même temps que tonio. (le vent était impressionnant au déco mais en l'air ça allait bien.)


Les alpes du sud sont fumantes, tout entre 3000 et 3700. Vent de cul, ça défile vite, et comme les jours précédents, je découvre le parcours presque tout du long. Toujours pas d'appareil photo ;-), mais les montagnes sont magnifiques, surtout entre St André et Dormillouse. Tonio à deux heures d'avance, et pose près d'Albertville. Moi je me fait baiser bêtement en raccrochant le sud des écrins (ombre, pluie et brise descendant du mont guillaume: je n'ai pas tout compris !). Je me fait bien dessouder, il y avait tout de même beaucoup de vent et de brise pour un parapente dans cette zone!


Posé au bord du lac du lac de Serre Ponçon et petite baignade  en attendant Adrien et Seb.


la trace : http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2010/vol/20108457


 


Mercredi :


Dernier vol pour boucler la boucle. Après une nuit à la belle étoile au bord du lac (enfin un "vrai" bivouac !!!), et une petite heure de catamaran hobie cat 16 le matin, on monte au déco des Richards, avec de sérieux doutes. Le vent de sud est soutenu en altitude, il y a des lenticulaires un peu partout. Au déco c'est plein trav'. Je suis le seul à décoller, sans trop y croire, pour un plomb jusqu’à l'attérro, ou au mieux un vol en local. Je ne mets ni ma polaire, ni mon pantalon-colant . Finalement, je sors relativement facilement, et moins d'1/2 heure après je suis à 3400m... Gla Gla... Une fois à plus de 2500m, la masse d'air était étonnement douce malgré le vent. Petit moment d'extase, entre le Coiro et le Taillefer ou je m'offre un soaring sur le nuage à 3850m, avec mon ombre et le halo de la gloire du pilote sur le nuage. Puis je pars vent de cul le long du nuage dans de l'huile à +0.5m/s, et je m'aperçois que je suis à 90km/h sol ! Ca me fait l'effet d'un électro-choque !J'arrive au dessus de st hil à 2000m, droit depuis Chamrousse...fumant


la trace : http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2010/vol/20108458


Voilou, semaine de rêve, 4 vols lunaires, avec le seul regret d'avoir fait les deux vols de retour seul. Il aurait fallu un peu moins de vent pour que tout le monde puisse voler.


 vive le vol libre...


meteofumant !