FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=232

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volTriangle inespéré
nomJean-francois LARVOIRE
Zone de volChartreuse, Belledone
Type de voltriangle plat
Date du vol16/04/2003
distance127.00
Dep38
texteConditions exceptionnellement favorables ce mercredi 16
avril 2003.
Je devais voler avec Stéphane, mais arrivé en retard (Pas
mon genre ;-), il était parti sans m'attendre.
Il a trop d'avance pour que je le rattrape, on restera
juste en liaison radio.
Aller quasiment sans enrouler jusqu'au Saint Eynard, où
j'arrive bien au dessus du fort. Avec de telles
conditions, ça vaut le coup de continuer jusqu'à la
Bastille, ce que je tente rarement.
Première balise au dessus de la gare d'arrivée des bulles
de Grenoble. Comme toujours l'endroit est inquiétant: Et
si je ne retrouvais rien au retour...
En fait ça repart plus facilement que d'habitude, 200m au
sud des éboulis de la Vierge Noire, et encore plus
inhabituel, ça repart sans turbulence.
Premier plafond à 1700 m au Rachais, permettant de revenir
au Saint Eynard au niveau du fort.
A la radio j'entends que Stéphane a déjà passé la Dent de
Crolles. On entend aussi des nouvelles d'un groupe qui
remonte les crêtes du Vercors, avec des plafonds
exceptionnels.
Retour au Bec Charvet toujours bras hauts. Puis montée
facile à 2300 m devant la Dent de Crolles.
Au passage devant la croix, je vérifie l'étalonage de mon
altimètre. Pile 2050 m. Chouette, pour une fois y'aura pas
besoin de convertir les mesures.
Au Col de Bellefond, bien qu'il soit encore tôt (vers
14h), je passe en face ouest. Peu après je fais mon
meilleur plafond de la journée à 2800 m aux Lances de
Malissard.
Sous le nuage, une voile bleue avec liseré rouge me
rejoint... On jouera au chat et à la souris pendant les 3
heures qui suivent.
Pendant ce temps, Stéphane annonce qu'il part à 2400 m du
Granier pour traverser vers les Bauges, puis un quart
d'heures plus tard... que ça ne passe pas à cause du vent
d'est qui contre. Il se vache au pied de la Savoyarde.
Au cirque de Saint Même, la voile bleue suit une rue de
nuages vers l'intérieur de la Chartreuse. Je continue vers
le Granier. Vu la mésaventure de Stéphane, la traversée
vers la Savoyarde est exclue. Ma première idée est de
faire une balise ici, puis de traverser vers Belledone.
Mais l'absence de cumulus sur Belledone m'inquiète: Il
doit être encore un peu trop tôt pour y aller. Par contre,
il y a un beau cumulus sur le Mont Joigny, donc je peux
agrandir le triangle sans risque, le temps que les
conditions s'améliorent sur Belledone.
Au Mont Joigny, on voit un cumulus encore plus beau sur le
Corbeley, donc bien sûr j'y vais. Plafond à 2500 sous le
nuage.
Là, contrairement à la normale, pas de brise de nord qui
contre. Je m'aperçois que la crête de la Montagne de
l'Epine est passable facilement en finesse. D'ailleurs la
voile bleue y arrive. Et plus loin sur le Mont du Chat, il
y a à nouveau de beaux cumulus. Tant pis pour Belledone,
une occasion pareille ne se refuse pas, je continue vers
le nord.
Arrivée encore plus haut que je ne l'espérais au dessus de
la crête de l'Epine. Par contre, là la crête ne donne
rien, et ma marge fond rapidement. Point bas à 950 m après
l'autoroute A43.
Heureusement, ça reprend bien ensuite en face ouest. Je
passe juste devant le déco d'Aiguebelette. Puis au dessus
de la crête. La Dent du Chat est à portée de plume. La
voile bleue est juste derrière moi.
Au dessus de l'Antenne TV, énorme thermique à +7 m/s
intégrés, avec des pointes à +9. En un rien de temps, je
me retrouve à 2700 m.
Du coup, le crochet par la Dent du Chat est une formalité.
A la redescente sur la crête de la Montagne de l'Epine,
rebelote, je perds tout mon capital altitude. Malgré un
bon thermique intermédiaire, j'arrive aux lignes à haute
tension du Mont Grelle juste au niveau de la crête.
Heureusement, le thermique est bien là devant les lignes,
permettant de les passer sans perdre d'altitude. Passage
très impressionnant s'il en est!
Pendant tout ce temps, je suis en radio la progression du
groupe du Vercors, qui a transité au dessus de Grenoble,
continué le long des faces est de Chartreuse jusqu'au
Granier, puis transité plus ou moins facilement sur
Belledone.
J'enroule le thermique sur le Mont Grelle juste après les
lignes, et remonte vers 1800 m. Là j'hésite. La voile
bleue est en transition vers le Corbeley, à une altitude
étonnante. Comment a-t-il fait? Devant moi, une voile
jaune continue vers le Mont Beauvoir. Enfin, entre les
deux, un gros cumulus se forme sur la pointe sud de
l'Outheron.
J'opte pour cette dernière solution. Là, après un début un
peu laborieux, j'assure 2300 m sous le nuage. La voile
jaune disparait dans les faces ouest de Chartreuse.
Plongée directement vers le Cirque de Saint Même, où je
remonte facilement jusqu'à 2500 m, heureux: J'appréhendais
beaucoup ce passage de l'Epine aux hautes crêtes de
Chartreuse. Maintenant le retour à saint Hilaire est
assuré. Je ne me serais pas cru ce matin capable de
réussir ça!
Pourtant à nouveau j'hésite. L'idée originale d'aller sur
Belledone me démange à nouveau.
Ce n'est pas vraiment raisonnable: Il est 17h, les
conditions commencent à faiblir. Il n'y a que quelques
rares cumulus sur Belledone. Les derniers du groupe du
Vercors semblaient avoir eu de la peine à passer. La voile
bleue repasse derrière moi depuis le Granier, et opte pour
un retour en face ouest par les Lances de Malissard. (On
aura pris des itinéraires exactement inverses à l'aller et
au retour).
Tant pis, qui ne tente rien n'a rien, j'y vais quand même.
Longue transition calme au dessus du Grésivaudan. J'arrive
vers 1100 m au Saint Genis. Là, ça zérote un peu partout;
je cherche; je prends quelques bulles désorganisées qui me
remontent de 20 m à chaque fois. Finalement je trouve un
thermique haché en face ouest du Saint Genis,
contrairement à la théorie qui veut que la brise de
Chambéry alimente plutôt la face nord-est.
Ce thermique je m'y accroche; Il se renforce, et miracle
il me monte à 2300 m dans du tout bleu. Du coup la
transition sur le Crêt du Poulet est une formalité. Je
vise le seul cumulus visible, et refais lentement mais
sûrement un plafond à 2400 m.
Je saute ainsi de thermique en thermique vers Prapoutel.
C'est lent car ils sont espacés et faibles, mais à chaque
fois ça remonte bien. Enfin je réussis un plafond à 2700 m
devant le Jas des Lièvres, me permettant de refaire un
crochet en arrière à la Cime de la Jasse. Là ça dégeulle,
et je n'ose pas continuer au dela vers la Dent du Pra.
Retour au Jas des Lièvres, où peu avant 19h je m'offre un
dernier plafond à 2600 dans de l'huile, face au soleil
couchant. La restitution fait que ça monte maintenant
partout au dessus de la forêt. Le pied!
Finalement, je mets le cap au jugé vers Saint Nazaire les
Eymes, où j'ai laissé ma voiture: Une brume remplit
maintenant les basses couches, et l'éclairage rasant la
rend assez opaque. A l'aplomb du terrain, je suis encore a
1200m, ce qui me permet le dernier plaisir d'aller tourner
à Chateau Nardant, bouclant ainsi réellement le vol.
Je pose finalement à 19h15, après 7h de vol, fourbu, mais
heureux. Record de distance perso explosé.
C'était vraiment la journée à ne pas manquer!
meteoLa météo vol libre annonce à 1500 m un vent variable
faible; à 3000 m est 30 km/h.
Sondage sec, instable jusqu'à 2800 m.
Confirmé par les faits, quoique le vent d'est était
sensible jusqu'en bas.