FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=261

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volUn aller retour imprévu
nomGuy PARAT
Zone de volAlpes du nord
Type de voltriangle plat
Date du vol23/05/2003
distance150.80
Dep73
texteBeaucoup d’hésitation en ce vendredi matin car le N a
faibli mais peut-être pas suffisamment pour partir de
Montgirod. On est 7 de Grenoble bien motivé pour aller
voler, mais où?
Un arrêt au pied de Montlambert pour appeler Steph Drouin
qui n’y croit qu’à moitié.
Le O°C étant annoncé à 3400 puis 3800, ça ne le fera pas
ici en basse couche.
Steph envisage un replis éventuel sur un déco en face E de
la Lauzière si le N est trop sensible.
Aller, feu sur Montgirod ! Bertrand Chol nous lâche ici.
10h30 au déco, c’est stable, très léger face, pas de cum.
D’autres pointures Savoyardes de la CFD sont là et le pôle
espoir nous rejoint.
Cette fois-ci, pas de briefing sur des FAI de 220 km ! On
verra en l’air ! Attente dégoulinante sous nos
combinaisons hivernales et nos gros gants.

Ca y est, ils craquent, 11h10 le bal est lancé... vers le
bas. Le temps de rater un gonflage, je les rejoints pour
1h de bagarre sous le déco à gauche... Autant dire que la
bataille a fait du dégât. Les rapaces du coin,
tranquillement avachis sur leur branche, ont dû sacrément
rigoler.
Je me retrouve par miracle le 1er en haut à 2700 dans une
couche de N sensible. Tans pis, je me jette au ras de la
neige dans le vallon à fond plat bien nommé « si tu poses,
tu marches 3h et tu payes ta tournée !!» mais ça reprend
bizarrement sur la face à l’ombre.
Je n’y comprends rien mais j’enroule 400m histoire d’être
moins minable sur la face au soleil que je rejoints dans
une grosse dégueulante. Et là, ça brasse fort avec le N qui
descend le vallon. Rien d’enroulable, je dérive vers la
vallée en maudissant ma précipitation. Steph et Laurent
font le plein dans le vallon intermédiaire et me survolent
d'assez haut. Nous ne sommes plus que 3 à avoir quitter le
bocal. Eux font un plein à 2600 côté sud de Comborsier et
optent pour les faces E de la Lauzière.
Je finis par sortir de mon trou après une bonne séance de
rock & roll. 3200. Il est 13h. Le moral a regrimpé au
rythme de l’altimètre, comme d’hab.
Je les suis, plus de 60 au GPS sans accélérer, le N n’a pas
envie de faiblir...

Transition facile et je survole mes 2 compères qui se
battent sous l’inversion de 1800. Me voilà en "Terra
Incognita" 3 vallons plus loin. Laurent craque et va se
poser.
Plus que 2.
Est-ce vraiment un jour à faire de la distance ?
Aller, on va insister un peu.
Très longue bagarre vers 2000 pour enfin ressortir vers
2600. La progression vers le col de la Madeleine est
maintenant plus sereine. De nouveau, plaf à 3200 pour moi
et 3500 pour Steph un peu plus au N qui s’en est enfin
sorti. Il est 14h. Ça devient même facile jusqu’au bout de
la chaîne.
Et maintenant? Vu le N, j’envisage de faire une distance
vers le Sud. Longue transition au dessus de la Maurienne
vers les faces E de Belledonne.

L’arrivée est démoralisante dans du gros négatif turbulent.
C'est comme sur la Lauzière, le N passe par dessus le début
du massif pour redescendre derrière. Pas agréable du tout.
Je m’échappe 2 combes plus loin pour zéroter à 1500 sous
l'inversion. Tout est à refaire !! Je m’attends à voir
passer Steph par le haut, j’ai le moral dans les
chaussettes. Ça brasse mais je ne lâche rien et de nouveau
la patience finit par payer. Au dessus, ça monte
régulièrement sans turbulence marquée.
Steph, lui, a essayé une combe plus au N et s’est fait
descendre à 1350. Il en bave.
Cette fois-ci le plaf à 3200 me permet de basculer par
dessus la chaîne sur les faces O au sud du Pic du Frêne.
Grandiose ! Il est 15h. Steph remonte doucement de son
trou. De ce côté, il y a toujours autant de chamoix.

A partir de là, je connais et j’accélère à tordre le
barreau. On a perdu suffisamment de temps !
Les thermiques s’enchaînent facilement jusqu’à Chamrousse
où je tourne l’Aiguillette à 16h30. Le N est finalement
tombé, on dirait même qu’un léger Sud dérive les cums.
Changement de programme à la radio, on opte pour l’option
retour. Vu l’heure, ça va être chaud...
Je croise Steph entre Chamrousse et le Grand Colon. La
remontée vers le N est avalée rapidement en doublant
quelques voiles dans Belledonne pour se retrouver réunis
tous les 2 vers le Grand Charnier. Ça y est, Steph m’a
doublé et je ne verrai plus que son bord de fuite jusqu’à
l’arrivée. Le pilote et l’Avax font la différence.

Transition standard depuis les Grands Moulins à 2800 sur la
Lauzière à 1500 avec une petite bagarre d’un quart d’heure
pour remonter à 2800. Il est 19h. Ensuite, c’est du bonheur
intense le long des aiguilles déchiquetées baignées d’une
lumière rasante... De toute façon, le paysage serait
quelconque qu’on le trouverait quand même sublime car
l’adrénaline accumulée nous shoote proprement, le bouclage
étant maintenant quasiment assuré.

Steph me guide en plongeant sur Moutier dans du –4. Je vais
enfin expérimenter son fameux retour dans la brise au-
dessus de Moutier. C’est impressionnant car inhospitalier,
tout est dans l'ombre la dessous, il y a des lignes partout
et rien pour poser mais la suite est une libération
extraordinaire dans une remontée laminaire de 1200 à 2200
sur le Jovet dans le soleil couchant. Magique !
Il est 20 h. Difficile d’aller beaucoup plus loin vers la
Plagne car tout est éteint. Steph insiste un peu pendant
que j'assure mon bouclage. Dans la plaine, il y a encore 20
de brise mais ça zérote partout (confluence?) et je me
permet d'allonger légèrement jusqu'à Tessens pour revenir
boucler sur la Villette.
Steph se pose à côté de moi, heureux les 2 compères.

L’un de nos plus beaux vols, au vu de l’énergie dépensée
dans les petites conditions du début, et des nouveaux
paysages traversés. Ce cheminement par les faces E est à
refaire.
Vivement la prochaine fois !
meteoN faiblissant en journée tournant léger sud le soir, grand
bleu, quelques petits cum