Les récits de vol : story=268

FAI Opens in France available for registration

2019-08-18 to 2019-08-23 : Ubaye Paragliding Contest, Saint-Jean de Monclar
  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volGresse - Dent du Chat - retour
nomJacques FOURNIER
Zone de volVercord - Chartreuse
Type de volQuadrilatère
Date du vol30/05/2003
distance178.60
Dep38
textePrologue

7h25. 3 jours de suite que je me réveille à 7h25 pour être
prêt dès 8h à partir voler si les conditions sont bonnes.
Faire de la distance ça fait lever tôt quand même, mais si
on ne veut pas rater la bonne journée, il faut être prêt le
jour J !
Après 2 météos montagnes, 1 balise du Moucherotte et une
bonne observation du ciel (des barbules forment déjà à
2500m sur le Vercors), j’appelle Stephane Drouin qui
organise comme la veille un départ de son site fétiche
Montgirod. Arg ! Il faut être à Moutier à 9h15 pour
s’organiser pour les navettes, je suis déjà à la bourre si
je veux partir de Montgirod.
Après appel de 2 ou 3 potes, on décide de faire feu sur
Gresse en Vercors car on pense plus pouvoir échapper aux
orages éventuels de fin de journée en restant en bordure
des Alpes.
Gresse a d’abord été connu pour son départ vers le nord
avec du vent du sud, mais en fait offre aussi diverses
possibilités assez intéressantes lorsqu’il n’y a pas de
vent. Avec un aller retour par Belledone en tournant le
Granier, ou un plus hypothétique retour par les faces Ouest
de Chartreuse après avoir tourné la Dent du Chat, mais ça,
ça ne c’est jamais encore fait…
Je pense qu’il y a également beaucoup d’autres possibilités
vers le sud.

Chap 1 : Décollage

Je suis avec Nohnoh, Niko, Patrice et Philou sur le déco.
On a croisé la voiture de Charles Cazaux en montant au
décollage mais il est apparemment déjà parti. On mange un
morceau en voyant débarquer 2 minibus remplit de moniteurs
en formation et de stagiaires.
Un formateur explique que ceux qui veulent faire de la
distance sur ce site doivent déjà être parti. Arg ! Il nous
met la pression lui ou quoi ?
Il est vrai qu’il n’a pas tord. Il est 11h et il est
largement temps de décoller vu que c’est bien alimenté. De
plus Charles Cazaux a apparemment été vu assez haut sur la
crête.
11h10, décollage pour toute la troupe.

Chap 2 : Le Vercors

C’est alimenté, c’est vrai, mais ça monte pas furieusement.
On chemine tous plus ou moins sur la crête en prenant
quelques thermiques quand ils se présentent. On arrive sur
le bout de la crête nord et en insistant un peu, j’arrive à
prendre avec Philou le 1er thermique qui nous monte à
1950m. philou part devant, je le suis en annonçant mon
départ à la radio. Dans la petite transition, je m’aperçoit
que bras haut j’avance beaucoup plus vite que Philou et en
descendant moins que lui avec sa vieille swing.
Sur la crête suivante avant le col de l’Arzelier, ça monte
petitement mais gentiment. Philou néglige le plafond et
part sur les 2 Sœurs à 1840m alors que c’est tout à
l’ombre. Je continue tranquille dans mon thermique et vais
même en chercher un autre sous une barbule pour assurer un
bon plaf. Philou est maintenant sur les 2 Sœurs et monte
comme une balle. Damned, c’est lui qui avait raison et il a
pas mal gagné du temps ! On le rejoint avec Patrice pour
remonter sans problème aux barbules vers 2300m.
Philou a pris pas mal d’avance en allant tout droit sous
les barbules. Pour quelqu’un qui ne vole plus souvent et
dit aller doucement, c’est pas mal ! On le suit en
refaisant un plein un peu mouvementé au pic St Michel qui
sera l’endroit le plus turbulent du vol pour moi.

Chap 3 : Les zoziaux

Peu avant le Moucherotte, on rencontre 2 gros oiseaux. Bein
c’est quoi ces 2 zoziaux ? Je ne sais comment je me
retrouve à enrouler exactement en opposition avec l’un
d’eux, lequel de lui ou de moi a rejoint l’autre, mais
c’est magique ! Je monte avec lui en restant exactement
comme on le fait avec un autre parapente. Il s’agit d’un
vautour fauve magnifique avec son envergure de 2m50 et son
pelage fauve ! Je fais 4 ou 5 tours avec et on décide de
prendre un chemin différent. Je pars sur le Moucherotte où
j’arrive à faire mon plus beau plaf, 2600m avant que des
barbules ne se forment sous moi.

Chap 4 : La Chartreuse

Après une relaxation bien méritée en traversant Grenoble,
le Rachais ne pose pas de problème particulier et on
chemine jusqu’au bec Charvet où je fais le plein pour
attaquer dans de bonnes conditions la dent. Je m’attends à
ce que la dent soit un peu turbulente, mais pas du tout, ça
monte doucement jusqu’au plaf. Je peux répondre tranquille
aux coucous des promeneurs sur la dent.
Depuis un moment, j’observe Belledonne, un retour possible
pour Gresse, mais les grosses formations nuageuses sur le
grand colon me font renoncer à cet itinéraire. Ca sera la
Dent du Chat, et puis on verra ensuite.
Le cheminement ne pose pas de problème jusqu’au cirque St
Même, et je suis obligé d’accélérer et de contourner les
nuages pour ne pas entrer dedans. Au cirque St Même par
contre, les nuages se sont bien étalés et il n’est pas
facile de monter, on doit prendre les faces Est par
obligations car on n’a pas assez d’altitude pour passer en
Ouest. Tiens, 2 vautours fauves en balade, serais-ce les
même que ceux du Vercors ? Avec Philou on peut faire le
plaf au Granier (2400m) et partir sur le joigny, mais c’est
seulement en arrivant sur le Corbeley qu’on arrive à faire
un nouveau plaf. Patrice légèrement en retard au cirque St
Même ne pourra sortir et renoncera à continuer avec nous.

Chap 5 : Les faces Ouest de la Chartreuse

Bien que contré par 10 à 15km/h de vent, on arrive
facilement vers le Lac d’Aiguebelette. Les faces Ouest
donnent bien tout le long, la combe vers le déco
d’aiguebelette est turbulente mais on ne prend que 1400m.
Qu’a cela ne tienne, on continue au nord en dessus des
sapins et on fini par trouver le bon thermique qui nous
permet d’admirer le lac du Bourget. La dent du Chat n’est
ensuite qu’une formalité.
Au retour, je vois une Up Targa orange, je me rapproche,
c’est Charles qui est allé tourné plus loin vers Ontex et
qui revient maintenant vers le sud. On échange quelques
paroles, puis on continue vers le sud, on verra bien…
L’itinéraire est sans problème sur ces faces Ouest qui
donnent bien. De la grande Sure, je fais une grande
baïonnette pour passer sur le Grand Raz et me retrouver sur
les premiers reliefs nord du Vercors.

Chap 6 : Le Vercors again

Nous voilà sur le Vercors de nouveau, mais ça ne monte pas
vraiment, on se maintient entre 1000 et 1200m, mais les
thermiques ne sont pas très puissants. On avance un peu
vers le sud en se demandant si on va pouvoir rejoindre les
falaises du haut… Je prends tout ce que je trouve et vers
le village de Montaud, je prends un thermique anémique que
Philou néglige. Avec beaucoup de patiente, il me monte à
1770m en me décalant vers la falaise, je peux me jeter sur
la falaise et je me dirige vers le Bec de l’Orient où
quelques barbules se forment. Enfin un bon thermique !
Charles qui était là depuis un moment me rejoint en lâchant
un « enfin ça monte ! ». On refait un plaf à 2400m, est-ce
que ce sera suffisant pour reprendre les face Ouest de
l’Est du Vercors, à savoir le Moucherotte ? Il n’y a pas 36
façon de la savoir…
En partant, je suis limite nuage, et même en accélérant je
monte encore. Damned, je suis dans le nuage et je ne vois
plus sous moi ! Je m’apprête à faire les oreilles, juste
quand je sors. Je peux continuer sereinement en direction
du Moucherotte. Le petit Nord ouest de 10-15km/h nous
pousse. Quelques barbules sont sur la colline intermédiaire
avant le Moucherotte, on s’aide avec Charles pour optimiser
cette petite ascendance. Je dois refaire 2350 et je me
jette sur le Moucherotte, les voiles qui volent sur ces
faces plus vers Villard me rassurent. Je me refais
facilement sur le Moucherotte et je continue sans problème
au sud en remontant de temps en temps.

Chap 7 : Le plané final

Arrivé juste avant les 2 Sœurs, je dois faire 2200m et je
me jette à l’ombre sur Gresse en finesse. Je n’arrive pas
jusqu’au décollage, mais suffisamment près pour boucler à
moins de 3km, c’est la revanche de mon vol du 16 avril où
je n’avais pas bouclé pour 1,2km !
Je me dirige en finesse vers St Paul les Monestiers où je
fais une finale trop longue et je pose carrément sur la
route sans bobo. Dur dur de rester concentrer jusqu’à la
fin !
Après avoir dégagé ma voile, j’appelle Niko pour savoir si
la voiture posée ce matin est toujours là. Il m’annonce
qu’ils sont venu la chercher. Arg ! Je suis le spécialiste
du vol bouclé avec le retour en stop ! Sur ce coups là,
rien de grave, car je n’ai pas fini de plier ma voile, que
Charles me prends dans son camion.

Epilogue

Voilà, maintenant j’ai des images plein la tête et je
n’arrive toujours pas à redescendre sur terre. Le vol était
pour moi magnifique. La luminosité du jour, le vol avec les
vautours, le parcours original qui ne s’était encore jamais
fais, plein de passages que je ne connaissait pas… Bref, la
magie du vol de distance !
Je suis content que Charles ai pu faire ce même vol (en
plus grand) ce jour là, car c’est lui, peut être avec
Nicolas Guihard et d’autres, qui a eu l’idée de ce vol, et
c’est justice qu’il l’ai également fait ce jour là.


meteoPas de vent, puis Nord Ouest 10 à 15 km/h dans l'après midi.