FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=69

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volTriangle au départ deTamié
nomRegis BLANC
Zone de volles Beauges
Type de voltriangle plat
Date du vol26/04/2001
distance116.30
Dep73
texte26 avril 2001
Après plusieurs jours de pluie enfin une journée favorable
à la pratique de notre sport favori, le soleil est présent
dès le matin, le vent est orienté Ouest Nord-Ouest mais
semble assez fort. Je ne serai malheureusement pas
disponible avant 13 h
Les cumulus sont déjà bien développés sur les versants Est,
le secteur Beau Étoile se trouve déjà dans l'ombre le
plafond est juste au-dessus du sommet. Il faut décoller
rapidement je me rends donc à Tamié au décollage des
Langôts. Plusieurs voiles arrivent de MontLambert et
viennent chercher le thermique sur les faces Est de la
Belle Etoile, elles ne montent pas franchement.
Un petit rayon de soleil au moment de la préparation de ma
voile me donne une bonne brise de face, je n'en espérais
pas autant. 13 h55, c'est parti, je suis en l'air. Le
thermique devant le décollage est très puissant, en
quelques tours j'ai déjà pris 200 mètres. Je sens le vent
qui vient du col, ça brasse un peu, il faut brider la voile
et surtout rester dans le thermique. Je monte à nouveau à
vive allure et m'applique à rester dans le noyau. J'arrive
au plafond, direction La Dent de Cons, je m'empresse
d'accélérer ma voile. Inutile d'enrouler, je ne perds rien
sauf au passage de la ligne -2 m/s et de l'autre côté du
col je remonte déjà sans rien faire. Il m'aura fallu moins
d'1/2 heure entre l'instant du décollage et le retour de la
dent de Cons sur la Belle Étoile. Je réalise qu'en volant
vite il sera possible de faire une belle distance.
Altitude 2100 m je traverse le col de Tamié sans perdre
beaucoup, je ne m'attarde pas au Parc à Moutons, je file
sur le Grand Roc. Je fais le plein, je sais que le passage
du Mont d' Armènaz ne sera pas une partie de plaisir, je
serai sous le vent. C'est le prix à payer pour avoir une
deuxième partie de vol dans de bonnes conditions. Deux
voiles contournent Roche Torse par le bas. Je suis
maintenant 200m sous la crête du Mont d'Armènaz, au-dessus
de ma tête les nuages sont aplatis et s'étirent franchement
en vallée. Quelques petits bip au vario m'indique le début
du thermique "sous le vent" (paraît que c'est les
meilleurs). J'engage pratiquement ma voile en 360 ° pour
rester le plus au centre et me faire taper le moins
possible, ça marche… Je suis au niveau de la crête, je
continue. Je n'arrive pas souvent à me maintenir au-dessus
du relief. Quelle ne fût pas ma surprise quant à l'approche
de la dent d'Arclusaz, je retrouve une des voiles qui était
passée par le bas et qui remontait maintenant sur la face
sud de l'Arclusaz. Je m'étais donc embêté pour rien, sans
doute qu'oui pour cette fois du moins. C'est ensemble que
nous remontons sous le nuage ensuite il transita sur
Chamoux et moi sur le Pelat. Je profite de la transition
pour boire un petit coup et manger une barre de céréales.
J'ai Guy en radio il vient de faire Montlambert-Chamoux et
retour.
Curieusement je prends le thermique du Pelat de l'autre
côté de la combe, je survole de quelques dizaines de mètres
des promeneurs en raquettes. Il est 14H45, je suis au
plafond et je me dirige sur la Pointe de la Galopaz, en
étant légèrement contré. Je tourne une balise sur le Pic de
la Sauge, c'est peut-être le jour pour faire le tour des
Beauges par la Croix du Nivolet, un énorme cumulus coiffe
le Peney. Je ne parviens pas à monter au-dessus de 2000
mètres, le vent rentre davantage. J'essaie quand même et
mets le cap sur le Peney. Je ne perds pas beaucoup
d'altitude mais suis de plus en plus contré par le vent
météo. Je ne pense pas pouvoir l'atteindre, je change de
direction et vais me refaire assez facilement sur le
Margeriaz. Cap sur le Grand Colombier je suis maintenant
poussé par le vent. J'accélère toujours, dommage pour le
vario qui affiche -2, -3 m/s. Arrivé sur les faces Ouest,
je trouve rapidement un thermique qui me satellise au
nuage. On ne peut rêver montée plus facile. Altitude 2550
m, je mets le cap sur le Julioz. Je suis frigorifié malgré
un équipement qui a déjà fait ses preuves. Je gigote, tape
des pieds, des mains. . Quel regret de ne pas avoir mis la
cagoule, elle est dans ma poche arrière et je parviendrai
pas à la prendre. Me voilà à l'approche du Julioz 100 m
plus bas, j'enroule un généreux thermique qui me propulse
au nuage en un temps record. Je ne remarque toujours aucune
voile dans les Beauges mais je rentre en contact radio qui
est venu voler sur Annecy. Feu sur le Roc des Bœufs en
ligne directe, je me refais sur la face ouest de celui-ci
et voilà à nouveau au plafond. Je ne remarque que 3 voiles
dans les parages. Je traverse le lac d'Annecy. J'arrive 100
m au-dessus du décollage et quelques instants plus tard me
retrouve au-dessus des Dents de Lanfon à l'altitude 2500m.
Transition sur le Parmelan, j'arrive au niveau supérieur de
la falaise ! Je poursuis jusqu'à Avenioz et décide de faire
demi-tour, aller plus loin risque de me prendre un temps
précieux et il est presque 17 H30. Je préfère assurer le
retour pensant à ma voiture restée au décollage de Tamié.
Le retour s'annonce facile mais" il vaut mieux prévoir que
choir", je termine ma transition en provenance du Parmelan
au niveau des gencives des dents de Lanfon d'où je refais
le plafond sans difficultés. Quelques instants plus tard,
je remonte le long des pentes enneigées de la Tournette.
J'admire au passage une coulée de neige qui termine sa
course quelques centaines de mètres plus bas. Une centaine
de mètres au-dessus du sommet, je transite sur Sulens puis
le Charvin, je parviens difficilement à atteindre le
sommet, les conditions ont considérablement baissé. Mais je
sais que c'est gagné, il me suffit de rentrer en finesse à
Ugine, j'essaie pourtant les faces Ouest de la dent de Cons
des fois que je puisse rejoindre le col de Tamié (rêver
c'est permis non ?). Je suis trop bas sur ces pentes
ensoleillées mon vario accuse un -3 m/s et je n'avance
guère. Je fais 1/2 tour et contourne le massif je
dégringole à toute vitesse et suis poussé à vive allure par
le vent de vallée. Après 5 H de vol et une distance de 113
kms en triangle, je me pose à l'entrée d'Ugine. Il est
19H, il ne me reste plus qu'à faire du stop ( là aussi le
retour s'est avérer facile jusqu'au décollage ).
meteo15/20 ouestnord ouest