Les récits de vol : story=784

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volBleyne St.Andre par l'Arpille
nomMarc BONGARTZ
Zone de volCol de Bleyne
Type de volDistance avec 2 points de contournement
Date du vol14/07/2007
distance38.00
Dep06
texte
Ca fait un moment que j'avais répéré cette journée de samedi dans les sorties de modeles météo, avec une bonne subsidence au-dessus qui va empecher les surdéveloppements, et un léger météo de secteur sud (5-10km/h). J'avais réussi a motiver une poignée de copains pour etre au rendez-vous a Bleyne pour un départ vers le nord, vers St. André, ou plus si affinités. Il y a la le Gilles avec sa Mantra, le Cédric sous sa Golden, le David en UP, le Maurice et sa Zulu, et le moi avec ma toute nouvelle et toute petite Avax XC. A Bleyne, il y a foule, nous ne sommes pas les seuls a avoir envie de faire des bornes !

Les premiers commencent a décoller vers 11:00. Un peu optimistes il me semble, mais bon, ils ne tardent pas a trouver la pompe a l'est du déco et partir en direction du bois brulé. Pas un nuage dans le ciel, mais une fine couche de crasse au niveau du sommet du Lachens... l'inversion nocturne ? A 11:20 je leve mon chiffon, secoue un peu les suspentes pour dégager les brindilles, me retourne et entre en lévitation sur quelques metres avant de plonger dans le thermique devant le déco. Deux tours et quelques dizaines de metres plus haut, ca plafonne, je file en direction du pic de l'aigle. Un tour dans un thermique intermédiaire pour ne pas passer sous les cretes, je continue et touche enfin du concret dans la combe devant la plateforme hélico. Luc, parti un peu avant moi avec quelques autres, annonce qu'il est a 2100 et part vers le bois brulé, j'observe les voiles tout en montant au plafond. Rien ne sort au bois brulé, tout le monde est sous la crete, ca ne me dit rien d'aller leur tenir compagnie sous l'inversion que je viens de percer. A 2300m, le thermique s'essouffle, au bois brulé ca niaise toujours, je décide de filer vers le nord, sur Arpille, que j'atteinds en ayant perdu a peine trois cent metres. Le thermique y est au rendez-vous et me remonte au plafond illico.

Et maintenant ? Au nord, je ne connais pas du tout, ca n'a pas l'air tres hospitalier... les Lattes, a l'ouest, c'est loin mais c'est le chemin classique de St. André. Allez, j'essaye de raccrocher la-bas, il ne devrait pas y avoir trop d'ouest aujourd'hui.

P'tain ca va pas le faire, ca descend trop et ne touche rien sur le chemin... je vais finir aux Lattes ! C'est trop nul... sur les avant-reliefs, ca descend a peine moins, mais finalement, lorsque je cherche déja ou je vais pouvoir me poser, j'accroche un train de bulles qui s'échappe de la foret en-dessous et reprends espoir.

Laborieusement je remonte au niveau des zig-zags de la piste, ou je retrouve le Gilles, collé a la montagne, et une voile jaune un peu en avant. Aucun des deux ne semble monter pour l'instant, je maintiens ma position dans le petit, un peu a l'écart. Finalement la voile jaune trouve une mine et disparait vers le haut, pendant que Gilles se barre le long du relief. Je prends ce qui reste de la mine et me hisse sans trop de souci au plaf a nouveau. Pfff... c'est décidé, je ne redescends plus en basses couches !

Confortablement installé a cheval sur la ligne de cretes, je laisse planer en direction du Teillon, profitant d'une belle pompe a mi-chemin pour refaire un plein a 2500 en quelques tours, accompagné d'une voile bleue. Au col des Portes, je m'arrete un moment dans un ascenseur confortable pour faire le point tout en montant – des voiles grattent sur la face sud du teillon, rien d'atomique par la. Des planeurs enroulent du coté de la Ferriere et partent en transition bien en-dessous de moi, coté Soleilhas, une ou deux voiles transitent vers Vauplane et semblent ne pas trop perdre, une autre monte au bout du Crémon, je vais essayer un tout droit vers le pic de Chamatte, quitte a me refaire un plein intermédiaire.

Ca ne passera pas, je vais arriver un peu au-dessus du col, mais c'est trop peu pour raccrocher Chamatte directement. Dommage... reste a savoir si je prends par le Crémon, ou Vauplane. Non, deux voiles dégoulinent tout doucement sur Vauplane, ce sera le Crémon pour moi. Au col de St. Barnabé, il y a bien un truc qui monte, mais c'est tres désorganisé et pas spécialement agréable, j'abandonne vite fait et pars chercher mieux vers l'ouest.

Mais la, ca plombe... demi-tour, un “tiens” vaut mieux que deux “tu l'auras”, va falloir m'accrocher. a ce truc merdique... mais bon, ca monte, agrémenté de belles rafales qui me font tourner a l'horizontale, vraiment bizarre ce thermique, je n'arrive pas a bien le cerner ni a comprendre d'ou il sort. Peut-etre une confluence de brises ? Va savoir... en attendant, ca monte, doucement mais surement, vers le plaf. 2300 a nouveau, je ne suis pas mécontent de pouvoir enfin me barrer de la, droit sur le pic de Chamatte que je raccroche tout juste sous la crete. Décision rapide, a droite pour me mettre sur la face au vent, ou a gauche au-dessus des ravines chauffées a blanc par le soleil ? Ce sera les ravines... et ca ne loupe pas, j'y déniche le thermique le plus confortable depuis le début du vol, facile comme tout une fois sorti du relief, décalant un peu vers le nord-est... le hurlement régulier et strident du vario dans toute cette douceur m'intrigue, un coup d'oeil sur l'afficheur me montre un 5m.s intégré, des pointes a 6m.s... petit a petit la boite a musique se calme, pour s'arreter completement a 2777m.

Ouah la vue... c'est beau ! Ciel pur, entouré de montagnes, au frais... ah oui tiens, il fait bon ici !

Tout en tracant a nouveau a cheval sur la ligne de cretes, je me demande ou aller maintenant. Ca fait deux heures que je suis en vol, je pensais mettre un peu moins de temps pour arriver ici – et les copains sont tous posés, a Bleyne pour la plupart, sauf Gilles qui a fini par s'enterrer a Soleilhas. Une pompe musclée me remonte de quelques centaines de metres au bout de la crete des Serres, j'hésite un peu pour la suite du parcours – au nord, un relief derriere lequel je reconnais le Cordoeil, au nord-ouest le Chalvet et les décos de St. André... allez, je fais un tour par la-bas.

Une Icepeak décolle au déco sud, s'avance en vallée, se fait fermer une demi-aile et part poser, une Advance monte dans la vallée de Moriez dans un thermique qui a l'air franchement désagréable, j'ai mis plus de temps que prévu pour arriver ici, les copains m'ont abandonné et les conditions deviennent plus fortes... je continue en terrain inconnu pour essayer de rejoindre Dormillouse, ou je me contente de St. André, un petit demi a l'atterro, et une récup facile ?

Le demi l'emporte... et les copains me rejoignent peu apres pour partager un pan bagna au café du commerce avant le retour au bercail. Dormillouse, je finirai bien par trouver le chemin un jour !

//Marc
meteoAnticyclone 1030hPa, subsidence vers 3000m, léger vent météo de secteur sud (5-10km/h), thermiques bleus.