FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=794

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volretour en douceur
nomLuc ARMANT
Zone de volAlpes du sud
Type de voltriangle plat
Date du vol04/08/2007
distance173.20
Dep06
texteLa semaine précédente, de Bleyne, j’avais fait mon Aller-Retour au Morgon avec un vent de sud-ouest approchant parfois les 35kmh qui, associé à des brises estivales très généreuses, m’avait donné beaucoup de fil à retordre et de voile à détordre pour le retour. Cette fois, un léger Nord est prévu en altitude. C’est plus réjouissant. Tant qu’à ramer, je préfère le faire en début vol et me reposer à la fin.

J’arrive au déco de Fourneuby (Gréolières-Les-Neiges) avant 10h, histoire d’allonger un peu le circuit et d’autoriser un éventuel FAI par Moustier. Mais il aurait fallu arriver une demi-heure avant ! Le temps de se mettre en l’air, il est déjà presque trop tard. Les basses couches très instables et humides ont déclenchées massivement partout, donnant de larges étalements qui, décalés par le vent nord, mettent rapidement à l’ombre toutes le faces sud. Heureusement, j’ai attrapé in extremis l’influence au vent de la rue de nuage et peux filer doucement vers le Teillon, me faisant tout léger pour ne pas qu’elle me lâche.
J’arrive juste à temps au Teillon où les basses couches de la face sud-est sont en train de livrer leurs dernières batailles face aux solides brises et vent d’Ouest et Nord-Ouest. Thermique en face sud-est ? non, trop tard. Thermique au sommet ? beurk. Thermique en face sud-ouest ? merde, je l’ai perdu ! Un peu déboussolé dans ce foutoir, je finis par monter dans un thermique de la face Nord-Ouest et, abandonnant tout projet de triangle FAI, pars sans demander mon reste vers le col de Saint-Barnabé où ça conflue de façon manifeste entre du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.
Je sors les rames pour de bon afin de passer un sérieux verrou sous la brise d’ouest du Pic de Chamatte. Souquez fort, moussaillons, nous coulons à la verticale !
Le long de la Crête des Serres, Je croise des voiles qui ont sans doute relâché du Chalvet, n’ayant pu avancer vers les Antennes. Un thermique magistral (5m/s intégré) sur le plateau au bout de la crête me propulse dans la couche d’inversion, à 2600m où un nuage se fait tordre. Avec une telle force de brise, je doute que la face sud-ouest de Maurel parvienne à m’organiser quelque chose de comestible, d’ailleurs, un planeur y fait des ronds merdiques et aucun nuage ne se forme. Du coup, je m’essaie au Puy de Rent mais ça ne vaut guère mieux. La brise forte sur ces faces encore trop tièdes lavent tout espoir de bons thermiques. Je fais une première tentative infructueuse vers les faces sud-est du Cordeil. La brise d’ouest, voir nord-ouest, semble y régner en maître également. Le temps de me refaire en dynamique, je flaire un filon de brise en sud que je parviens à suivre jusqu’en milieu de vallée et qui me guide après quelques tâtonnement jusqu’à ce flot ascendant continu placé sous le vent de Maurel et alimenté par la confluence des brises qui le contournent. Recollé au nuage à 2900m, le plus dur semble fait mais je râle de n’avoir pas trouvé la solution du premier coup et d’avoir ainsi perdu une grosse demi-heure.
Pas de problèmes pour le thermique du Cordeil, à quelques tentatives d’intimidation près. Un alignement de nuage reliant les faces sud de Côte Longue à celles de la montagne de Chamatte semble être comme repoussé par du Nord-Ouest. Cette fois, j’ai compris le topo et je n’ai pas trop longtemps à tâtonner avant de trouver la bonne confluence en milieu de vallée sous le vent de Côte Longue. Au plafonds, le Nord reste inférieur à 10km/h, je peux avancer sans problème jusqu’à Carton, mais là, je retrouve encore cette fichu brise d’ouest à nord-ouest. Assez perdu de temps, et pour ne pas risquer d’en perdre encore un peu sur Carton, je me jette vaille que vaille dans le col de la Baisse. Ça fonctionne et la chaleur des falaises de La Chaux me remonte à près de 3000m. La suite jusqu’à Dormillouse est une formalité, si ce n’est un gros verrou sur l’épaule Nord-Ouest du traumas.
Un coup d’œil sur la montre, déjà 15h30, je préfère rentrer maintenant. L’activité a très nettement baissée mais je me régale de me laisser enfin porter par le vent. Quelques faibles confluences toute en finesse au vent de la montagne de Chamatte me permettent de regagner le dynamique du Cordeil qui ne m’apporte guère de réjouissances. Pas bien grave, vu l’orientation ouest à nord-ouest des brises, je peux laisser glisser sans crainte au dessus de Maurel. Un dernier plafond à 2900m sur Maurel m’invite à une tentative de passage par le Crémon. La transition n’est pas suffisamment porteuse à mon goût, plutôt que de se compliquer la vie dans les basses couches du lac, je préfère tenter les faces nord-ouest de la Bernarde. Ce soir, elles sont plus que généreuses et vont jusqu’à me conseiller leurs voisines du Teillon.
Au pied nord-ouest du Teillon, coincé dans une brise de travers et sans bons appui, le désarroi m’assaille. Ç’aurait été si fiable de filer droit sur l’Arpille, quitte à boucler par Charamel et à remonter 800m de déniv à pied pour récupérer la voiture !

Heureusement pour moi, le vallon Nord-Ouest écope soudainement une brise ayant contourné la tête de Rus par le Nord et qui me propulse aux crêtes en m’ouvrant la porte vers une des parties de vols les plus réjouissantes que je connaisse, le retour pépère au bercail par le léger dynamique du soir le long des crêtes de La foux, la Ferrière, Bois-Brûlé et Pic de l’Aigle. Il y a quelques chose du massage relaxant et réparateur dans ce dernier cheminement tout en douceurs tièdes.



meteoNord 10km/h à 3000m. Brises d'Ouest à Nord-Ouest dominantes. Subsidence vers 2800