Les récits de vol : story=806

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du volDirection le sud
nomDavid MUZELLEC
Zone de volPays de loire
Type de volDistance avec 1 point de contournement
Date du vol30/07/2007
distance108.20
Dep49
texteUne alerte météo « grand vol » circule sur les listes planeurs depuis quelques jours. L’info est confirmée sur le site des Pitroux par l’analyse météo de Laurent Soleil.
Comme nous sommes de passage en Anjou sur la route des Alpes, Sandrine fait des pieds et des mains pour organiser une séance de treuillé. Contact des membres du club (envol anjou), des nantais (a tire d’aile), des calci’air (airvault), des Pitroux… L’asptt poitier nous invite sur son terrain d’Aslonnes mais ce sera finalement en comité restreint sur nos terres que se déroulera la séance.
Coup de téléphone en matinée à l’aéro
drome de cognac qui nous refuse l’entrés dans la R49A avant 18h (on y rentre vers le km 95 plein sud).
Rdv 13h (c’est tard mais Stéphane travaillait le matin). 3 pilotes, un chauffeur (encore merci Waldemar !). Le ciel est superbe depuis 11h mais le vent est très faible. Qui se colle au treuil ?? Je me dévoue et commence par treuiller Stéphane : Premier départ.
Je treuille ensuite Sandrine… Deuxième départ. Me voila donc seul avec mon chauffeur sans treuilleur. J’appelle Patrick (Tézé) qui m’annonce qu’il viendra dés qu’il pourra… Il est 14h30 et j’enrage de ne pas être en l’air avec mes deux compères mais c’est ainsi.
14h35 : Sandrine annonce en radio que Stéphane est posé à environ 10km : Je saute dans ma voiture et file le récupérer.
15h10 : Sandrine est en l’air et moi je suis enfin au bout du câble qui va bientôt m’envoyer au ciel. Treuillé vers 320m (merci Stéphane) et c’est parti pour une longue bataille dans du tout petit. Entre temps Patrick est arrivé mais ne trouve pas le chemin. Je le guide en radio tout en restant suffisamment concentré. Surtout ne pas poser !
15h30 : Je trouve enfin un thermique correct qui me hisse en sécurité. C’est alors Sandrine qui annonce être posée avant Vihiers (21km). Zut, on ne pourra pas voler de concert.
La dérive est très faible, les cumulus ne sont pas très espacés mais les thermiques sont difficiles à trouver : Ca zérote un peu partout sous le gris mais les endroits qui montent vraiment sont difficiles à trouver : Plutôt sous le vent du cum, coté soleil et assez décalés pas rapport au nuage… Bref je n’avance pas vite et préfère assurer le plafond après chaque transition.
Je survole bientôt Sandrine qui m’encourage en radio. Waldemar est venu la chercher et l’idée d’aller me poser avec eux pour faciliter la récup me vient à l’esprit : N’importe quoi !! Je me reprend et m’applique davantage.
Arrivé à l’est de Cholet, prés de Maulévrier, le ciel est tout éteint devant moi et je ne sais pas trop quoi faire. Je patiente, zérote, commence à perdre et finalement me décide à faire demi-tour vers un joli cum en formation un peu au vent. Premier barreau, je laisse glisser la boomsport mais je suis pourtant inquiet dans mon choix : La suite me donne pourtant raison puisque je retrouve rapidement une bonne ascendance qui me ramène au plaf. Le cycle s’est rétabli devant moi et je peux à nouveau avancer.
Peut après, je changer l’orientation globale du vol. Ce n’est pas le vent météo (faible !) qui me fait agir mais plutôt un joli alignement de cumulus qui se transformera presque en rue de nuage me permettant d’accélérer un peu le train en volant bras haut juste sous les barbules. Au loin sur la droite j’aperçois la mer qui brille dans le soleil. Elle n’est pas si loin mais la brise rentre assez loin dans les terres ce qui la rend inaccessible (en plus il y a la ctr de la rochelle…). On voudrait que ces moments là durent plus longtemps mais il faut se faire une raison… Je quitte bientôt la rue de nuage. Devant moi des petits cums qui m’obligent souvent à zigzaguer pour avancer (organisation en cellules sans doute).
J’ai mal au dos et je regarde souvent le gps pour savoir ou j’en suis. J’essaye à chaque fois de me fixer un objectif à la dizaine au dessus afin de rester motivé. Les 80 km franchis, je commence à envisager « les trois chiffres » mais le ciel commence à bien s’éteindre. J’aperçois une grande ville loin devant moi et je me fixe comme objectif d’y poser : Ca facilitera la récup. La région est superbe avec un peu de relief, des forets et, semble t’il, un barrage. Je survole la ville (Fontenay le conte) et vise une zone commerciale au sud de la ville. Arrivé au dessus des toits j’ai l’impression que ça monte de partout (c’est bizarre, ça me fait ça chaque fois que je veux poser…). Je reprends un peu mais ça manque de civilisation dans le sens de ma dérive et je me décide à poser quand même sur un grand terrain dégagé proche de la zone commerciale. En plus le gps m’indique 103 km : Objectif atteint (le vol fera en fait 108.2 avec un point de contournement).
Sandrine viendra me chercher (mille mercis comme à chaque fois ;-)) pendant que je patienterai à la terrasse du macdo. Retour tardif sur Saumur ou il nous faut encore récupérer les enfants chez des amis : Pas facile de combiner le parapente avec la vie de famille mais ça passe !

En bref un joli vol avec un seul regret : Ne pas pouvoir partager ces fabuleux moments avec les autres pilotes présents. Mais on y arrivera, c’est promis !!


David Muzellec
meteoFlux de nord faible. Beau temps avec 3/8 cumulus.