Les récits de vol : story=879

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du vol80km depuis la sainte victoire
nomLaurent GAUVIN
Zone de volProvence
Type de volDistance avec 2 points de contournement
Date du vol27/04/2008
distance80.60
Dep13
textehttp://parapentaix.over-blog.com/article-19104808.html

En cette belle journée de dimanche, après la fête de samedi bien arrosée, les réveils ont quand même réussi à sortir tout le monde du lit.


Les candidats au vols sont tous là ! Les équipes sont pas loin d'être toutes au complet.
Alban et Fred prennent mon matos jusqu'au Pic et on arrive vers 12h30, les sudistes et quelques Signois (Mc Kouik, Floriane pour son premier vol chez nous et Ronaldo) sont déjà installés.


Le temps de reconstituer mon matos et de faire la causette, les premiers pilotes s'élancent et déjà ça monte tranquillement. Alain d'Oraison et Pierre montent comme des balles, suivis par Fred, Bressou puis toute une clique qui monte à un plaf proche des 2500m sur la Sainte !




Pierre est déjà loin, Fred et moi nous lançons roue dans roue en direction de Puits de Rians. On bataille un moment avec un ridicule thermique à +0.5 et Fred fini par me lancer à la Radio : "j'en ai marre, je vais voir devant".
Je lui rétorque "je t'emboite le pas" ... mais tel le fourbe, je fais encore quelques tours dans notre petit truc, le voyant se faire un peu descendre. Puis cap sur la carrière à l'Est de Puit de Rians. Le ciel est bien fermé, le sol peu ensoleillé et on est pas encore sûrs d'arriver à faire quelque chose.


Ouf, juste avant la carrière, ça remonte, j'enroule tranquillement et je vois rappliquer les Laporte, père et fils, Marie et Seb, bien bas, aux alentours de 700m... mais ils remontent. Je fais demi-tour pour les rejoindre et je retrouve alors Willy pour une session d'enroulage de thermique en duo INOUBLIABLE ! On se cale en vis-à-vis et on monte ensemble à +/- 2300m tout en décalant sur Rians. (Je n'irais pas juqu'à dire que c'était le meilleur moment du vol, parce que je ne suis pas encore posé, mais je dois reconnaitre que j'ai pris mon pied à voler avec le Willy !)


En l'air le vent est clairement Sud-Ouest, je file à 55km/h plein NE. Le temps de faire le plein avant Ginasservis, je poursuis direction Gréoux.


J'arrive bien bas à l'Est de Gréoux, le Lac d'esparron à ma droite est totalement à l'ombre et du coup nettement moins joli que d'habitude. Heureusement Gréoux au soleil me décroche quelques uppercut costauds et j'en attrappe un plus organisé que les autres pour remonter vers 2200m. Alain un peu devant revient vers moi et nous enroulons ensemble en dérivant NE. Au plaf' nos chemins se séparent, lui part dans ses terres, cap sur Oraison et moi vers le Saint Graal : Le Lac de Sainte-Croix. Les Laporte passent aussi le Lac d'esparron et filent dans la même direction (mais pas moyen de les voir)




Sur le plateau de Valensole, c'est un peu plus facile, les cum' forment des petites rues et je ne fais pas de gros point bas (un petit 1100m qui m'a déjà fait bien stresser !) Je laisse Valensole à ma gauche et file sur Riez sous un superbe cum' qui me remonte à près de 2400m d'où je peux admirer tout le Lac de Sainte-Croix, la barre d'Aiguines, Courchon et la Serre du Mont-Denier au loin.


Je file vers Puimoisson et alors que j'arrive au dessus de la base de planeurs, une hirondelle vient me montrer le thermique. Hop on remonte dans du +6 intégré. Ça remue un peu, mais du moment que ça monte !





Là j'hésite un peu ... partir sur la Serre du Denier ? survoler Moustier "histoire de..." ?
Les balises sont bien SO, c'est sur que ça a des chance de tenir tout seul sur le Denier...
Finalement je décide de laisser le Graal et je m'élance dans ma plus longue transition : 10.2 km de ligne droite ! Mon dieu que je suis bas ! Je commence à regarder la montagne de Beynes et à penser à ma cheville qui risque de ne pas apprécier que je m'engage sur les pierriers où aucune vâche ne semble bien gérable sur un pied !






Là c'est le délire total, je longe la montagne à 10 mètres du sol, sans une vâche possible, pendant un interminable kilomètre... et enfin, un thermique survitaminé m'arrache du relief. 20 tours plus tard, me revoila un peu tranquille et probalement trop confiant, je décide de laisser le Cousson à gauche pour tenter une transition base vers la Coupe ...



je prends juste le temps de sauter par dessus la crête, je rate un thermique et je vois arriver le bas de la montagne ... GRRRR ! je vais arriver trop bas pour prendre la falaise !

Je commence à regarder un dessous de moi pour réaliser que je viens de rentrer dans une vallée franchement isolée, pas un terrain pour poser, que des chemins forestiers entourés de sapins ! Me voila dans de beaux draps !

Hop, Hop, le temps de faire deux wings entre les arbres, me voila posé dans un terrain de 10 mètre de long sur 4 mètres de large ! Je laisse ma voile me dépasser pour poser à coté des arbres : au poil !!!

Je me jette sur mon portable : Youpi ! Pas de réseau !!! J'allume le GPS voiture ... pas de route avant un kilomètre !
PFFFFF !!!!

Je plie et je béquille à travers la forêt pour trouver enfin une pauvre route départementale perdue, toujours pas de réseau. Je commence à claudiquer en sentant que ça va être long tout ça ! Le pied commence à faire sentir des signes de fatigue...

Après 1/2 heure, une voiture se fait entendre. Je me jette presque sous ses roues ! Un couple très sympa de soixantenaires un peu inquiets au début, se rassurent en écoutant mon histoire de parapente et me descendent jusqu'à la gare de routière de Dignes. Ils m'offrent même un café et une brioche !


Marie est déjà en route pour venir le récupérer (bon elle s'attendait à ma prendre à Moustiers...) du coup pas besoin du bus, je vais me prendre un demi au bar du coin et Marie arrive 3/4 d'heure après, pas mécontente non plus de son cross jusqu'à Ginasservis.

meteoCumulus tranquillus