FAI Opens in France available for registration

Les récits de vol : story=91

  • Ci dessous, la liste de tous les récits de vols triée (par défaut) par date du vol.
  • Tu peux trier la liste par la colonne que tu veux en cliquant sur son titre.
  • Pour acceder à un récit, il suffit de cliquer sur son titre.
, télécharger
Titre du vol10/08/2001
nomLaurent VIROLES
Zone de volMidi Pyrénée
Type de volDistance libre
Date du vol10/08/2001
distance125.00
Dep46
texteVIROLES Laurent, Bagheera M . en compagnie d’ EXBRAYAT
Marcel, Bonanza M.

Vol du 10 août 2001.
Décollage : Floirac Soult. Atterrissage : Villefranche
d’Albigeois
Distance parcourue : 125 km .
Météo : traîne, vent NO 15 à 30 km/h, cumulus 1 à 2/
8ème .

Le 10 Août, c’est ma fête, j’ai donc commandé pour cette
occasion un ciel de feu, des copains pour montrer les
thermiques, bref un vol de plus de 100 bornes…

Cette traîne est attendue par les libéristes depuis
quelques jours… Le téléphone a déjà sonné un million huit
cent mille quatre cent quatre vingt trois fois….
- « La traîne c’est jeudi te dis-je … ou vendredi, c’est
sûr… »
Vendredi matin : - certains pilotes hésitent… Le Bugue ou
Floirac ?. Passeront tous les 100 bornes !!!! Vent de
folie sur la plaine : Alain et Francis au départ du Bugue :
plus de 100 kilomètres. Bernard Biau (alias Tomate) posé à
Castres en partant de Douelle : plus de 100, un super vol
en solo…, Fred, Marcel, et moi même dépassons les 100
kilomètres alors qu’Alain Marty, (alias Bison, alias Louis
XVI) se posera vers le kilomètre quatre-vingt, après 287
points bas à moins de 10 mètres, le micro coincé en
émission entre ces incisives et sans jamais avoir dépassé
les 47 mètres de gain d’altitude…

ACTE 1 :

Décollage, combe, bib, bib, (…) petits varios et nous
voilà, Marcel, Fred et moi même à Gramat aux barbules. Mais
où est donc Alain ?, (alias Bison, alias Louis XVI). Il
parle encore dans la radio :
- « Alain pour Chantal (la récup) vais poser à
Gramat, J’ai 42 mètres de gain. »
- « Alain pour Fred, Marcel et Laurent, j’ai du
0,003, j’enroule… »
- « Alain pour Chantal, j’ai repris 25 centimètres
j’irai peut être à Livernon. »

Bref j’suis content, j’ai trouvé plus bavard que moi…
Revenons à notre ciel, ce serait facile de faire feu dans
la dérive mais y a une zone interdite de survol au sud- est
de Gramat. On a cas la contourner par le sud et la petite
barbule qu’on voit au loin me répondent mes acolytes.
Yaka.
- « Au fait les copains, sur votre Ouest, c’est Rocamadour,
2ème site touristique de France ! »
- « Marcel pour Laurent, j’ai du plus 4. »

Vive le tourisme, et GAZ…..

De barbules en barbules, nous voilà à proximité de
Livernon, Fred est déjà seul devant, je rattrape Marcel en
me collant sous la rue dans du positif à moitié
d’accélérateur… au moins 10 km gratis et nous passons la
vallée du Célé et fin de la rue…Cela serait la fin de
l’histoire si nous n’étions pas des pilotes plaînards
aguerris : c’est donc parti pour une longue branche en
crabe vers la cité de Cajarc où se forme un joli cumulus et
où Fred se satellise dans un plus sept que nous ne
trouverons jamais. Plus deux tout de même…

ACTE 2 :

La masse d’air change , les rues se forment et se
déforment rapidement, les trous bleus se font plus
importants.
Marcel et moi même enroulons tout ce que nous trouvons et
progressons lentement. Nous zonons longtemps dans du zéro
positif avant d’atteindre Villefranche de Rouergue où quand
même un plus 4 nous remonte aux barbules… et enfin j’arrive
à passer au dessus de Marcel.
A chaque plein, nous nous concertons sur la future
transition et surveillons la moindre barbule et le moindre
cumulus actif des environs… Nos choix fonctionnent assez
bien : quand Marcel monte, je descends ! et vice versa…
notre vitesse de dérive augmente, Fred nous tient au
courant de son efficace progression. Déjà au loin apparaît
le viaduc du Viaur et le village hautement touristique de
Tanus ou Jean-Marie et moi même avions posé au kilomètre
104 en octobre. Les 100 kilomètres sont presque gagnés.
Nous assurons nos plafonds, lentement, car le ciel est
maintenant quasi bleu. Nous passons la vallée du Viaur. Une
dernière barbule nous offre un gain confortable et nous
passons la vallée du Tarn. Juste le temps d’annoncer que
nous avons en visu Carmaux.
- « Impossible, » répond Alain, qui suit maintenant
le vol avec Chantal dans sa méga Renault 21 Turbo la radio
entre les gencives, -« si ya le Tarn, c’est Albi. »
Marcel, ne sentant plus sa joie d’avoir effectué plus de
100 kilomètres se dirige vers un très hypothétique
thermique matérialisé au loin par un cumulus dégonflé… Ce
sera sa glissade finale vers le kilomètre 125 alors que je
remonte facilement plus à l’est…en compagnie d’une Octane,
surgit d’on ne sait où.

Mais, fatigué de 2 mois de vacances, légèrement inquiet sur
la force du vent au sol, satisfait de ce vol, j’irai le
rejoindre rapidement…
Merci à Chantal puis à Alain (alias Bison, alias Louis XVI,
effectivement posé après un point bas souterrain), pour
leur récup super efficace…Vive le Lot, vive la plaine…
meteoTraîne, vent NO 15 à 30 km/h, cumulus 1 à 2/ 8ème